Archives

Red Son

Red sonAvatar Tomie (fond violet)
*
*
*

Scénariste : Mark Millar
Dessinateur : Dave Johnson
Editeur : Urban Comics
Date de sortie : 6 février 2014
Nombre de pages : 176
Format : Intégral
ISBN : 978-2365772228
Statut : Tome unique

« Mon désir d’ordre et de perfection n’avait d’égal que leurs rêves de violence et de chaos. Je leur offrais le Paradis : ils se battaient pour avoir le droit de vivre en Enfer. »

Synopsis :

Ukraine, 1938. Une fusée s’écrase en pleine campagne : à son bord, un bébé qui va être rapidement adopté par un couple de fermiers. Des années plus tard, l’enfant a grandi au sein d’un régime stalinien. Il devient alors le héros des travailleurs et la fierté de l’Etat soviétique. Son nom ? Superman ! Mais lorsque Joseph Staline meurt, c’est à cet homme de fer qu’il incombe de diriger et de faire fructifier un empire à l’abandon …

L’avis de Tomie :

Le vaisseau de Kal-El ne s’est pas écrasé au Kansas mais en URSS, si bien que Clark a grandi dans un environnement communiste qui déplore l’impérialisme américain. Le jour où il se sent prêt, il fait part de ses capacités spéciales à Staline, qui décide alors de le présenter au reste du monde comme étant son nouveau protecteur et sa nouvelle arme. Superman devient malgré lui un symbole à la fois adulé et redouté, le communisme personnifié. Inquiets, les États-Unis donnent carte blanche au génie Lex Luthor afin de trouver un moyen de contrer Superman s’il décide un jour de s’en prendre à eux.

Je ne l’ai jamais caché, entre Superman et moi c’est pas franchement une grande histoire d’amour. Mais le voir transposer en URSS m’intriguait énormément, donc je me suis laissé tenter. Red Son a, il faut bien l’avouer une idée de départ vraiment intéressante. Après tout, pourquoi est-ce que les super héros officieraient toujours aux USA ? Les autres pays aussi ont droit à leurs capes, que diable ! Ok le coup du gentil qui devient méchant a déjà été fait dans d’autres domaines, mais la littérature n’est-elle pas un éternel recommencement ?

Lire la suite… →