Un petit quelque chose en plus

Avatar Tomie (fond violet)
*
*
*

*

Auteur : Sandy Hall
Editeur : Hugo roman
Date de sortie : 9 Février 2017
Nombre de pages : 254
Format : Broché
ISBN : 978-2755629323
Statut : Tome unique

« Il faut que je remette de l’ordre dans ma tête. Parfois je me sens submergé, je n’y comprends plus rien. Et puis, ça me revient. »

Synopsis :

De leur professeur d’écriture créative à la barmaid du Starbucks du coin de la rue … De leurs camarades de lycée au livreur du restaurant chinois … jusqu’à l’écureuil du parc. Tous SAVENT que Lea et Gabe devraient être ensemble !

Malheureusement, Lea est une timide maladive et Gabe un jeune homme bien mystérieux. Pourtant, il se passe VRAIMENT quelque chose de spécial entre ces deux-là, tout le monde le voit. Lisez un peu, vous serez forcément d’accord.

L’avis de Tomie :

Première année à l’université pour Azalea, dite Lea. Beaucoup de choses à découvrir, un cours d’écriture créative qu’elle a hâte de suivre mais surtout Gabe, ce garçon un peu mystérieux, souvent silencieux, qu’elle heurte par hasard un jour où elle ne regardait pas devant elle. Cette première rencontre se fait sous les yeux de Maribel, une camarade de Lea, qui va aussitôt décréter, comme bon nombre d’autres personnes, que Lea et Gabe iraient très bien ensemble. Malheureusement les deux principaux concernés semblent être les seuls à ne pas s’en rendre compte.

Un petit quelque chose en plus ou la promesse d’une histoire douce et sucrée, le genre qui vous fait couiner, qui fait vos orteils se recroqueviller et qui vous colle un sourire niais pour la journée. Promesse tenue ?

L’histoire est d’une simplicité déconcertante mais vous faire comprendre mon ressenti risque d’être plus compliqué. L’originalité de cette histoire tient uniquement sur sa narration : ici nous ne suivons pas le récit à travers Lea ou Gabe mais à travers 14 autres personnages présents dans leur vie. Le grand frère, la colocataire, le conducteur de bus, la barmaid du Starbuck en passant par l’écureuil ou le banc du parc, tous sont présents à un moment ou à un autre dans le quotidien de Gabe et Lea, et tous sans exception les imagineraient bien ensemble. L’idée de départ est tout simplement géniale ! Mais dans les faits ? Étrangement je suis moins emballée. Peut-être y a-t-il trop de narrateurs. Ou peut-être que certains manquent tout simplement de crédibilité. J’ai du mal à concevoir que tant de gens puissent imaginer une romance entre deux personnes. Les amis/proches, pas de souci. La barmaid je l’accepte, j’ai déjà lu des histoires de ce type. Mais le glandeur de la classe ou tout simplement le professeur et son assistant ? Je ne sais pas. J’aurais pu y croire s’il n’y avait pas déjà tellement de gens concentrés sur Gabe et Lea. Je veux dire, il m’arrive parfois de m’imaginer des choses sur les gens que je croise mais je doute que nous soyons quatorze à le faire en même temps. C’est la multitude de personnages plus que leur diversité qui me pose problème. J’aurais d’avantage apprécié cette histoire s’il y avait eu moins de protagonistes. Soyons honnêtes, certains ne sont pas du tout intéressants. Ce ressenti vient sans doute du fait qu’on ne sait absolument rien de ces personnages secondaires. Ils ont leur propre vie mais le lecteur n’en fait pas partie, et j’ai du mal avec ça. Ils n’ont d’ailleurs pratiquement même pas d’opinion sur Lea et Gabe et ne s’impliquent pas vraiment. Je regrette également qu’on n’en sache si peu sur les deux personnages principaux. J’aurais aimé m’attacher à eux mais j’ai bien trop peu d’informations pour ça. Mis à part le fait que Lea soit timide et asiatique, je ne pourrais guère vous en dire plus sur elle. Gabe est plus intéressant parce qu’il nous cache quelque chose (on devine assez facilement où se situe le problème) mais on ne sait véritablement rien de personnel sur lui. J’ai besoin de plus de concret pour véritablement m’attacher à un personnage, quel qu’il soit.

J’ai tout de même poursuivie ma lecture sans rechigner parce que je reconnais qu’il y a quelque chose d’addictif dans Un petit quelque chose en plus. Je n’arrive pas à déterminer quoi. Comme dit précédemment impossible de véritablement m’attacher aux personnages, proportionnellement parlant il y a bien plus de dialogues que de narration (ce qui m’insupporte) et les dit dialogues sont parfois d’une banalité affligeante. Et pourtant comme les 14 voix de ce roman je me suis surprise à attendre qu’il se passe enfin quelque chose entre Lea et Gabe. Du moins pour la première partie du livre où on suit avec plaisir les différents moments qui nous font penser « c’est évident qu’ils sont fait pour être ensemble ». Mais j’admets que passer un certain temps, les deux protagonistes finissaient par m’exaspérer. Il n’était plus question que de quiproquos, d’occasions manquées, de malentendus, … Je n’avais pas assez de matière pour patienter sagement. Si au moins on avait droit à un aperçu sur le ressenti de Gabe ou de Lea ! Mais non, tout passe encore et toujours par d’autres protagonistes. Le manque de descriptions, de profondeur dans l’implication des autres personnages m’a vraiment posé problème. Ils se contentent d’observer sans jamais émettre d’hypothèse, sans véritablement parler aux principaux concernés (du moins pour ce que l’on sait), ce qui fait qu’au final cette histoire me semble vide. J’ai besoin de connaître le ressenti des personnages que je suis. Malheureusement l’auteur préfère de loin les dialogues, ce qui ne permet pas de faire des introspections et c’est principalement ce qui m’a manqué. D’un point de vue technique il m’a aussi manqué quelques incises ici et là, ce qui fait que je me retrouvais parfois perdu dans qui disait quoi.

L’histoire entre Gabe et Lea reste adorable mais la façon dont elle est racontée me dérange. Pas les 14 voix parce que même si certaines sont inutiles, on les suit avec plaisir. Mais il y a trop peu de narration pour moi. Je ne pouvais pas me représenter les lieux, les mois filent sans qu’on sache véritablement ce qu’il se passe dans la vie de tous les protagonistes, … Cette histoire est à la fois trop longue et trop courte. Si l’auteur voulait se baser principalement sur des dialogues, elle aurait pu se permettre de sauter quelques moments inintéressants sans que cela nuise au récit. Mais si au contraire l’auteur avait pris le temps de mieux poser son histoire, d’accorder plus de place aux personnages (autres que Gabe et Lea), d’inclure un ou deux vrais rebondissements, j’aurais d’avantage aimé ce livre. Ou peut-être que tout ça m’aurait paru plus crédible si l’histoire se déroulait au lycée plutôt qu’à l’université.

Un petit quelque chose en plus est une histoire toute douce et mignonne, pleine de guimauve (ce qui habituellement est ma tasse de thé) et pourtant il m’a définitivement manqué quelque chose. Le plus frustrant est de ne pas parvenir à mettre le doigt dessus. L’idée des 14 narrateurs reste originale, notamment le fait de ne jamais avoir le point de vue de Gabe ou Lea. Et pourtant le récit souffre incontestablement de longueurs et n’offre aucune surprise.

Note : 5/10

1 pensée sur “Un petit quelque chose en plus”

  1. Je suis contente de voir enfin quelqu’un qui n’a pas un coup de coeur pour ce livre, j’ai pas été emballée par côté trop jeunesse et les personnages trop enfantins alors qu’ils sont grands. J’ai trouvé l’idée originale mais je n’ai franchement pas vu l’interet de certains points de vue et de certains trop intrusif…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.