Les Lutins Urbains – Tome 3

Lutins urbains 3Avatar Tomie (fond violet)
*
*
*

Auteur : Renaud Marhic
Illustrateur : Godo
Editeur : Editions P’tit Louis
Date de sortie : Octobre 2015
Nombre de pages : 136
Format : Poche
ISBN : 978-2373730022
Statut : Tome 3

« Allons, allons, mon jeune ami, ne faites donc pas cette tête. Quand vous ne vous souviendrez plus de rien, vous verrez bien que ce n’est pas mission impossible. »

Synopsis :

Rien ne va plus dans la Grosse Cité ! Voilà que trois lutins noirs ont été signalés. Aussitôt, des travailleurs africains sans-papiers sont devenus millionnaires. Tandis qu’une dangereuse société secrète tente de s’infiltrer dans les quartiers …
Gustave Flicman, notre jeune policier, est chargé d’enquêter. Et si tout cela avait avoir avec Chelou, ce rhinocéros qu’il devait conduire à l’abattoir et qui s’est échappé en chemin ?
Entre les sortilèges des lutins noirs et les attaques du Bambou Masqué, une course de vitesse s’engage pour retrouver l’étrange animal.
Manquerait plus que les Lutins Urbains s’en mêlent, tiens …

L’avis de Tomie :

A l’aéroport de la Grosse Cité, un vieux coucou à hélices se pose sur la piste principale parmi les avions ultra modernes. Le pilote, tout comme le personnel de l’aéroport, est perplexe : que fait-il ici ? Il devrait être à Antsiranana, pas à la Grosse Cité ! Pendant que tout le monde s’interroge, personne ne remarque ces trois drôles de créatures qui s’échappent furtivement de l’appareil et se dirigent droit sur la ville.

Pendant ce temps, au poste de police, le commissaire Velu attribut à ses hommes les territoires qu’ils devront patrouiller. Gustave et son partenaire Pticop doivent enquêter sur des individus qui hier encore étaient sans-papiers mais qui aujourd’hui se baladent en smoking dans des voitures de luxe. Comme si cela ne suffisait pas, Gustave doit également retrouver Chelou, ce rhinocéros qu’il était censé conduire à l’abattoir et qu’il a égaré lors de sa dernière rencontre avec les Lutins Urbains.

Une fois encore, merci aux éditions P’tit Louis et merci à Renaud Marhic de nous avoir proposé ce partenariat. Ce troisième opus des Lutins Urbains reprend l’histoire inachevée de Chelou qui avait profité de la confusion générale pour se sauver et survivre par lui-même dans la Grosse Cité (même si le fait qu’un rhinocéros ait réussi à se cacher des humains me semble être un grand mystère !). On retrouve pour cela les mêmes personnages que la dernière fois. Loligoth et NJ sont moins présents mais par contre Pticop prend enfin de l’importance. Et curieusement on découvre qu’il n’a pas la mollesse et la naïveté de Gustave (j’avais fini par croire que dans les Lutins Urbains, tous les policiers étaient plus ou moins comme Gustave). Honnêtement ça m’a fait du bien d’avoir affaire à un personnage plus « normal ». Avec le recul je pense que j’aurais préféré que les caractères de Pticop et Gustave soient inversés. J’avais dit précédemment avoir un léger problème avec la façon d’être de Gustave. S’il avait été un « vrai » héros tandis que Pticop était le tête en l’air/rêveur, j’aurais sans aucun doute plus accroché à l’histoire. Oui je sais, il fallait un rêveur capable de croire aux Lutins Urbains pour ce scénario mais chut. On ne peut pas tout avoir. Et pourtant, pourquoi pas ? Dans ce nouvel opus Gustave se retrouve sous hypnose à cause du professeur B et se révèle être un excellent héros, quand il le veut ! Je n’ai pas retrouvé dans ce troisième tome la lenteur qui m’avait saisi dans le deuxième à travers la mollesse de Gustave puisque lui-même n’est pas « mou ». C’est avec plaisir qu’il m’a embarqué dans sa quête de la vérité et sa course poursuite à travers la Grosse Cité. J’ai trouvé qu’il y avait plus d’action, plus de rythme dans cette histoire. J’ai rencontré quelques longueurs (notamment lors de notre première rencontre avec l’Embrouilleur) mais mon impression générale reste un rythme plus soutenu.

A noter également qu’on en apprend enfin un peu plus sur le Supérieur Inconnu. On peut enfin émettre quelques hypothèses sur sa raison de se dresser ainsi contre les Lutins Urbains. Bien évidemment l’auteur ne nous révèle pas tout et il y a fort à parier que les prochains volumes en dévoileront bien plus encore, mais je suis déjà heureuse avec cette première esquisse.

Comme pour le tome précédent, l’histoire est parsemées d’illustrations. Si je les avais trouvé claires et efficaces la dernière fois, ici j’ai parfois été gênée par la quantité de détails qu’à voulu inclure l’illustrateur, surtout en matière de visages. Pas évident quand on ne travaille qu’en noir et blanc ! Je pense notamment à l’illustration du Comptoir aux Splendeurs et à celle des trois Kokolampos. Mais bon, je reconnais que je chipote un peu quand même parce qu’on ne peut pas nier que Godo a un sacré coup de crayon.

Lutins urbains 3 (3) Lutins urbains 3 (2)

Un peu moins d’humour et de jeu de mots dans ce troisième volume, ou alors je suis passée à côté. Bien moins de Psiiiiit, ce qui, je ne vous le cache pas, est un soulagement (même si je reconnais avoir apprécié ce petit intermède avec cette histoire de collègue auteur qui décide de reprendre les Lutins Urbains en main et d’en faire une saga fantasy). Bref, un troisième opus que je préfère largement à son petit frère ! Du coup j’espère que tout ça ne pourra aller que crescendo et que le quatrième sera encore meilleur !

Note : 6/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.