La prochaine fois ce sera toi

La prochaine fois ce sera toiAvatar Tomie (fond violet)
*
*
*
*

Auteur : Vincent Villeminot
Editeur : Casterman
Date de sortie : 1 juin 2016
Nombre de pages : 308
Format : Broché
ISBN : 978-2203106369
Statut : Tome 1

« Il trouverait les mots pour la rassurer, quitte à nier le réel. Ce midi, elle avait besoin qu’on lui mente, et qu’on la convainque, ainsi, qu’un sourire revenu sur ses lèvres était plus important que toute la noirceur du monde. »

Synopsis :

Fleur vérifia sur son téléphone : son père ne lui avait laissé aucun message. C’était curieux, ces trois appels successifs. Pourtant, elle décida de faire la morte.
La morte … Une étrange façon de parler, à bien y réfléchir. Et glaçante, quand on l’associait aux coups de fil du commissaire Markowics. Son père. Pour qui le pire est toujours sûr.

L’avis de Tomie :

Le commissaire Léon Markowicz est responsable d’une équipe de flics appelée « La brigade de l’ombre », un groupuscule qui n’existerait même pas si les pontes n’avaient pas un  respect certain pour Markowicz et pour tout ce qu’il a accompli au fil de sa carrière. Quand la résolution d’une enquête l’a laissé usé et boiteux à jamais, ils ont préféré lui assigner une brigade spéciale plutôt que de l’envoyer à la retraite, chose qui l’aurait probablement conduit tout droit à la dépression. Cette brigade est un peu particulière et les flics qui la composent ne sont pas vraiment flics. C’est ce que découvre le capitaine Jobert lorsque, après une faute grave, elle se voit muter dans la brigade Markowicz où elle va devoir faire ses preuves et démontrer qu’elle a toujours ce qu’il faut pour faire partie de la police. Pour sa première enquête avec ses nouveaux collègues, elle va devoir découvrir qui ou quoi a tué Valentine Manant avant de l’amputer des deux bras post mortem. L’affaire se complique lorsque le meurtre ne semble pas avoir été commis par un être humain mais par une Goule, une de ces dangereuses créatures qui hantent les rues de la France et dont personne ne peut expliquer l’existence.

Tout d’abord, je remercie Babelio et Masse critique pour ce partenariat. La prochaine fois ce sera toi n’est pas vraiment mon type de lecture habituelle. J’aime les romans policiers mais seulement lorsqu’ils se déroulent fin XIXème –début XXème. Et pas quand ils se passent en France (oui je sais, ce sont des critères plutôt restrictif mais je n’y peux rien). Mais étrangement Vincent Villeminot (que je ne connaissais pas parce que j’ai fait un énorme rejet concernant U4) est parvenu à m’accrocher avec ce récit et pourtant ce n’était pas gagné !

J’ai eu un peu de mal à vraiment rentrer dans l’histoire. Beaucoup de personnages d’un coup, beaucoup de descriptions sans pour autant être réellement clair. Sans oublier ces noms et ces surnoms qui se mêlent, m’embrouillant encore d’avantage dans ce balai de personnages relativement nombreux. Il m’a fallu un moment avant de vraiment assimiler quel surnom correspondait à quel personnage (encore plus compliqué quand une même personne à plusieurs surnoms …) et quel était le grade/la fonction de chacun. Sans compter cette histoire de goule à laquelle je n’avais tout bonnement rien compris au premier abord. S’agissait-il d’un nom de code ? D’une mauvaise blague ? Non, tout simplement d’une vraie goule, griffes et dents pointues comprises. Appelez-moi stupid mais je n’avais tout simplement pas réalisé que La prochaine fois ce sera toi n’était pas seulement un polar. Le côté fantastique s’arrêtera là (et peut-être ne peut-on même pas réellement parler de fantastique puisque ça ne m’étonnerait même pas que les scientifiques (dans cette histoire) finissent par trouver une raison logique et crédible à l’apparition de ces créatures) et finalement c’est peut-être le plus perturbant. Qu’il existe des créatures dans notre monde dont nous ignorons l’existence, je veux bien. Mais qu’il n’y ait qu’une seule « race » ? Étrange. Mais après tout pourquoi pas ? Et puis qui sait, les tomes suivant nous apporteront peut-être leur lot de nouvelles créatures. Dommage cependant que cette fameuse goule ne soit pas suffisamment décrite parce qu’au final ce flou la rend peut inquiétante et pas aussi diabolique qu’elle aurait pu l’être.

Pas mal de personnages donc, comme je le disais. Les membres de la brigade semblent être tous des inadaptés sociaux mais d’une matière plutôt étrange et inattendue, ça les rend attachant. Certains sont malheureusement vite relégués dans un coin (je pense notamment à Anna et à Gilberte) sous prétexte d’avoir d’autres tâches ailleurs. Je peux comprendre, surtout que chacun a son rôle spécifique dans l’équipe, mais je trouve dommage qu’on les aperçoive si peu. Même Markowicz, que j’avais d’abord identifié comme le personnage principal, cède rapidement sa place à Jobert. C’est un choix plutôt étrange étant donné que le meurtre commis en début d’histoire est plus ou moins relié à lui, et en même temps il fallait bien cette enquête pour que Jobert trouve parfaitement sa place dans l’équipe. J’espère vraiment que les autres personnages apparaitront plus dans les tomes suivants et qu’on aura droit à un peu plus d’introspection de la part de Markowicz. J’aime l’idée de ce père qui ne sait pas comment protéger sa famille des horreurs qu’il a croisé au cours de sa carrière et qui n’a trouvé de meilleure solution que des les faire déménager à des kilomètres de son boulot. Un peu cassé, pas mal alcoolique, vaguement mélancolique, un poil cynique. Markowicz est incontestablement un personnage qui me plaît. Un peu comme sa fille cadette, Adélaïde, qui à dix ans seulement parle comme une académicienne, observe le monde d’un regard froid et clinique, et qui est bien plus intelligente que sa grande sœur Fleur, une ado de seize ans qui ne semble vivre que pour trouver l’amour. Autant j’aime Adélaïde, autant Fleur n’a cessé de me faire lever les yeux au ciel devant tant de bêtise et de simplicité d’esprit (ça doit être ce qu’on appelle l’âge bête).

Côté scénario, je regrette qu’il n’y ait pas vraiment d’action. Le plan de Markowicz consiste à faire surveiller l’hypothétique future victime de la goule, donc nos protagonistes passent bien plus de temps en planque qu’à réellement chercher qui se cache derrière cette créature. Dommage également qu’il n’y ait pas de pistes ni de liste de potentiels suspects afin que le lecteur puisse mener parallèlement sa propre enquête (si l’on peut dire). J’ai été déçue de ne pas pouvoir faire mes propres hypothèses, faute d’éléments de preuve récoltés au fil de ma lecture. Pas de réelle surprise lorsqu’on apprend l’identité du meurtrier puisqu’on avait jamais entendu parler de ce personnage jusque là. Ce manque d’action fait qu’il n’y a pas de réel suspense, pas de sueur froide, pas de grande inquiétude quant au final de cette enquête. Là où l’auteur m’a surprise néanmoins, c’est dans cet ultime rebondissement, lorsqu’on (la brigade comme moi-même) croyait le meurtrier en fuite et l’affaire close. Je ne m’attendais pas à ce dernier meurtre et certainement pas concernant ce personnage là.

Je ne sais pas vraiment où classer ce livre. L’intrigue sera parfaitement compréhensible pour des adolescents (et sans doute un peu simple pour des adultes) mais le vocabulaire employé risque de les faire tiquer ici et là. Le scénario est finalement assez simple et les goules ne sont, à mon sens, pas assez exploitées. Et pourtant je ne peux pas m’empêcher de penser que La prochaine fois ce sera toi a été une bonne lecture. Une fois vraiment rentrée dans l’histoire j’ai suivi cette brigade atypique avec plaisir, sans me poser de question, et surtout sans éprouver l’envie de sauter quelques pages pour en finir au plus vite. Cette série, à mon sens, a un certain potentiel. J’aime à voir ce premier tome presque comme un prologue conçu pour nous faire comprendre le rôle de cette brigade un peu spéciale. J’espère que l’auteur exploitera encore plus le potentiel des goules et surtout que les prémisses de cette nouvelle relation entre Markowicz et ses filles ne seront pas discrètement balayés sous le tapis au profit de la prochaine intrigue.

Note : 6/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.