Gardiens des cités perdues – Tome 3

Gardiens des cités perdues 3*Avatar Tomie (fond violet)
*
*
*

*

Auteur : Shannon Messenger
Editeur : Lumen
Date de sortie : 5 Novembre 2015
Nombre de pages : 598
Format : Broché
ISBN : 978-2371020528
Statut : Tome 3

« Vous êtes bien plus précieux qu’aucun d’entre nous … et je ne parle pas que de Sophie. Elle est d’une importance extraordinaire, bien sûr, mais elle a toujours eu besoin de la force et du soutien de ses amis. »

Synopsis :

Voilà plusieurs semaines que Sophie Foster n’a plus de nouvelle du Cygne Noir, l’organisation clandestine qui l’a créée. Si elle se sent abandonnée, la jeune Télépathe redoute surtout qu’un traitre n’ait infiltré leurs rangs. Pourtant, elle a bien vite d’autres chats à fouetter : un mystérieux traquer est découvert sur Silveny l’alicorne. Vertina, le miroir spectral de Jolie, refuse obstinément de révéler ce qu’elle sait et le Conseil ordonne à Sophie de guérir Fintan, le Pyrokinésiste à l’esprit brisé, malgré l’immense menace qu’il représente.

Toujours accompagnée de Keefe, Dex, Fitz et Biana, la jeune fille est entraînée dans un tourbillon de révélations et de rebondissements, à tel point que, déterminée à démasquer les rebelles qui menacent les Cités perdues, elle va commettre un terrible faux pas, et conduire les elfes au bord de la guerre !

L’avis de Tomie :

Attention il s’agit du tome 3, le contenu des tomes précédents risque d’être spoilé !

Après sa précédente collaboration avec le Cygne Noir, Sophie a du mal à accepter d’être brusquement laissée à l’écart. L’organisation secrète œuvre forcément dans l’ombre mais refuse de l’inclure dans ses plans, même lorsqu’elle le leur demande. Pire encore, des traces de pas ont été repéré près du Sanctuaire où vit désormais Silveny mais le Conseil ne semble pas s’en alarmer. Sophie refuse de rester sans rien faire lorsqu’un traqueur d’origine ogre est trouvé sur l’alicorne et décide alors de mener sa propre enquête, accompagnée de Keefe.

Avant de commencer la chronique de ce tome 3 des Gardiens des cités perdues, j’ai pris le temps de relire mes commentaires sur les deux précédents tomes et avec le recul je trouve que j’ai été beaucoup trop gentille. Le souvenir que j’ai des tomes 1 et 2 est bien moins enjôleur que ce qu’ont laissé transparaitre mes mots. La preuve en est : j’ai mis un temps fou à me lancer dans le tome 3 parce que je craignais une lecture tout aussi fastidieuse et une héroïne un peu trop pleurnicheuse. J’ai même eu du mal à entrer à nouveau dans cet univers et pourtant c’est avec surprise que je me suis retrouvée véritablement plongée dans cette nouvelle histoire. Cette fois je peux le dire : les aventures de Sophie Foster sont enfin devenues intéressantes ! (il aura fallu le temps …).

Le début était un peu long à démarrer. Sophie se retrouve les mains liées, ne sachant pas trop comment venir en aide à Silveny étant donné le peu de moyens dont elle dispose, et son inactivité s’en est ressentie sur ma lecture. J’ai vraiment cru que j’allais une fois de plus peiner à aller au bout de ce livre mais Shannon Messenger a enfin réussi à me happer avec son histoire. Je ne saurais vous dire à quel moment exactement mais j’ai commencé à tourner les pages sans pouvoir m’arrêter. Peut-être y a-t-il encore plus de rebondissements et d’intrigues dans ce nouvel opus. Il y a, en tout cas, beaucoup de choses à penser et pas mal de réflexions qui tournent en arrière plan dans votre esprit tandis que vous suivez les aventures de Sophie. On l’avait senti venir dans le précédent opus mais cette fois les choses sont indéniables : le Conseil (et par extension le peuple) est englué dans son passé et refuse de voir ce qui est pourtant juste en face de lui. Les mauvaises décisions s’enchainent uniquement parce que les dirigeants refusent d’admettre qu’ils puissent avoir eu tort. Le déni et la peur s’entremêlent et provoquent des décisions impensables, à la limite l’inhumain. Sophie est différente, Sophie est trop puissante, Sophie fait peur, Sophie en paie le prix. C’est peut-être précisément pour ça que ce tome 3 me plaît tant. Sophie est enfin vulnérable (mais vraiment vulnérable, pas comme ce pseudo problème du tome 2). Mais surtout l’auteur nous donne enfin ces fichues révélations qu’on attend depuis le début de toute cette histoire. J’ai beaucoup grincé des dents face aux choix de l’auteur et je ne peux que crier un énorme « enfin ! » en refermant ce livre. Même si encore une fois, les mots auront été durs à lâcher.

C’est avec plaisir que je découvre une héroïne un peu moins geignarde, un peu plus philosophe. Elle semble enfin en avoir fini avec sa phase des « pourquoi moi et pas une autre », ce qui est un véritable soulagement. Elle a gagné en maturité et la lecture s’en retrouve moins lourde. Avec le recul je trouve cette évolution un peu étrange puisque très peu de temps s’est écoulé depuis sa dernière aventure mais le fait de ne pas avoir enchaîné les livres atténue cet effet. Cependant je pense que le jeune âge de Sophie me posera toujours problème. J’ai du mal à concevoir que ses réflexions et ses actions puissent provenir d’une enfant de douze ans. Tout comme cette confiance absolue qui s’installe entre elle et Fitz. Étrangement j’aurais moins tiqué si Sophie avait eu ne serait-ce que deux ans de plus. Ou alors c’est tout simplement le style de l’auteur, sa manière d’amener les choses qui fait que j’ai un peu de mal à accepter tout ça sans me poser de questions. Ou alors je suis désabusée et je ne crois plus en rien, allez savoir !

Dans ma chronique sur le tome 2 des Gardiens des cités perdues, je vous avais parié que ce tome 3 mettrait l’accent sur Fitz et je ne me suis pas trompée. Après tout c’était logique. Dans le 1 on explore le Sophie/Dex, dans le 2 on passe au Sophie/Keefe, donc le 3 s’attarde sur le Sophie/Fitz. Classique. Prévisible et chiant au possible. C’est vraiment l’un des points qui ne me plaît pas dans cette saga : tous les garçons semblent se disputer les faveurs de Sophie. J’ai de la peine pour Keefe parce que même s’il déguise tout ça en amitié, je me plais à croire qu’il y a plus (oui comme vous pouvez le comprendre, j’ai fait mon propre choix :D). Je suis plus que désolée pour Dex qui semble engagé dans un combat perdu d’avance et qui ne le voit même pas. Ne reste plus que Fitz qui ne me touche pas vraiment et qui me paraît un peu terne quand on voit ce dont est capable Keefe. Je me prépare donc déjà à ne pas aimer la romance finale qu’instaurera l’auteur à un moment ou à un autre puisque j’ai peu d’espoir concernant mes attentes personnelles.

En fait, le problème de cette saga est que Shannon Messenger a parfois la subtilité d’un bulldozer. Lorsque Sophie décide de n’en faire qu’à sa tête face au roi des ogres, on ne peut que soupirer parce qu’on sait déjà que ça va se retourner contre elle (à croire qu’elle n’apprendra jamais). Lorsque Dex commence à fabriquer ses gadgets censés booster les pouvoirs de Sophie, on ne peut s’empêcher de penser qu’ils pourraient tout à fait faire le contraire, ce qui laisse présager une catastrophe imminente. Quand Sophie pénètre dans l’esprit de Brant et n’y découvre que feu et flamme, il ne faut que quelques secondes pour relier ce fait avec une certaine personne recherché par Sophie. Quand le journal de Jolie nous est finalement dévoilé, le pseudo mystère qui tourne autour de ce Pyrokinésiste apprenti de Fintan ne tient plus non plus. Lorsque Sophie se voit contrainte de guérir l’esprit de Fintan, on sait d’avance que quelque chose va clocher et on en vient à se demander si le Conseil est vraiment aussi stupide pour ne pas avoir prévu de quoi faire face à un éventuel Grand Brasier quand on sait de quoi le Pyrokinésiste est capable. Les révélations sont riches, les rebondissements s’enchaînent mais je trouve dommage que Shannon Messenger ne sache pas maintenir un peu mieux le suspense.

Les interactions entre les personnages me laissent aussi parfois perplexe. Je suis peut-être la seule dans ce cas mais je me demande toujours comment Biana a pu retourner sa veste à ce point. Elle semble vraiment engagée aux côtés de Sophie cette fois mais il me manque toujours la discussion ou l’évènement qui fait que j’y croirai vraiment. Puisqu’on en est à parler de personnage secondaire, je suis de plus en plus stupéfaite face à Edaline : a-t-elle toujours été aussi tête en l’air et si peu profonde ? Elle semble enfin accepter la mort de Jolie et c’est une bonne chose mais je n’apprécie pas beaucoup ce qu’elle est en train de devenir. Sans parler de Marella, qui passe pratiquement à la trappe. D’accord elle était loin d’avoir un grand rôle jusque là mais sa présence s’est considérablement amoindrie et son comportement n’en est que plus suspect. A ce jour je me retrouve avec quelques théories la concernant et certaines ne sont pas bien jolies.

Bref, tout ça pour dire que ce tome 3 m’a quelque peu réconciliée avec les Gardiens des cités perdues. J’ai eu le sentiment qu’il se passait enfin quelque chose d’intéressant, comme si l’intrigue progressait après avoir attendu pendant deux opus que l’histoire se mette en place. Je ne regrette pas de m’être « forcé » à lire ce tome et j’espère que le tome 4 ressemblera plus au 3 qu’au deux autres. Maintenant que Sophie m’intéresse enfin, ce serait bête de retourner à la case départ !

Note : 8/10

4 комментария к “Gardiens des cités perdues – Tome 3”

  1. C’est une saga qui me tente bien, mais je ne pense pas craquer tout de suite. J’en ai déjà beaucoup en cours et d’autres qui me tentent encore plus ^^

    J’espère que tu aimeras autant la suite que ce troisième tome 🙂

  2. Je suis d’accord avec toi mais j’ai l’impression que ça m’a beaucoup moins génée. Par contre, le vocabulaire enfantin m’a lassée. Le mot « taquiner » entre autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.