Gardiens des cités perdues – Tome 2

Gardiens des cités perdues 2*Avatar Tomie (fond violet)
*
*
*
Auteur : Shannon Messenger
Editeur : Lumen
Date de sortie : 15 janvier 2015
Nombre de pages : 567
Format : Broché
ISBN : 978-2371020276
Statut : Tome 2

« Je sais que je plaisante souvent, Sophie, mais … c’est juste parce que c’est plus facile, tu comprends ? C’est ma façon d’affronter la situation. Ce qui ne veut pas dire que je m’en fiche, bien au contraire. »

Synopsis :

Depuis qu’elle a quitté sa famille humaine pour aller vivre parmi les elfes et étudier à l’académie de Foxfire, Sophie n’a pas manqué d’attirer tous les regards sur elle … et son enlèvement n’a rien arrangé ! Le monde elfique, pour qui le mot « crime » était jusque-là quasi inconnu, est en émoi et la révolte gronde …
Pourtant, une découverte extraordinaire pourrait permettre de ramener le calme au sein des Cités perdues. Sophie tombe en effet nez à nez avec une alicorne, une créature fabuleuse que les elfes croyaient disparue, symbole pour eux d’un nouvel espoir. Mais la jeune Télépathe, chargée de s’occuper de l’animal, va vite déchanter : déjà bien éprouvée par la reprise des cours imminente et les messages toujours plus énigmatiques du Cygne Noir, elle se retrouve en plus contrainte de prendre un risque immense pour protéger l’un de ses proches d’une mort certaine …

L’avis de Tomie :

Attention il s’agit du tome 2, le contenu du tome 1 sera donc forcément spoilé !

Dans le tome précédent nous laissions Sophie le cœur léger puisque ses exactions seraient certes consignées dans son dossier mais ne lui porteraient pas préjudice pour la suite et surtout ne lui vaudrait pas l’exclusion. C’est donc une nouvelle année à Foxfire qui commence.

Néanmoins c’est dans une ambiance légèrement plus pesante que commence l’histoire. En effet, les hommes en noirs responsables de son enlèvement (et de celui de Dex) n’ont toujours pas été appréhendés. Pire encore, le peuple commence à s’inquiéter et à remettre en question les décisions du Conseil. C’est encore léger, dévoilé en filigrane ici et là, mais suffisamment important néanmoins pour être mentionné. A n’en pas douter, les premiers signes avant coureur d’une révolte sont bien là. Pour rassurer ses tuteurs (mais aussi le Conseil) Sophie se voit affubler d’un garde du corps, le gobelin Sandor, même si le Cygne Noir ne s’est pas manifesté depuis le dernier incident. Sophie tente néanmoins de poursuivre sa vie normalement et continue à aider ses tuteurs dans leur travail. Elle se retrouve, aux côtés de Grady, à suivre les traces d’un éventuel Yéti mais finit par croiser la route d’une alicorne, une créature que tout le monde croyait disparue et qui est synonyme d’espoir pour de nombreux elfes. Etant parvenue à établir une relation de confiance avec l’alicorne, Sophie se voit confier son éducation afin qu’elle soit prête à intégrer le Sanctuaire, comme toutes les créatures protégées, ce qui la place une nouvelle fois sous les projecteurs et dans le collimateur de Bronte. Parallèlement Grady et Edaline continuent de faire le deuil de leur fille Jolie. Comme tous les ans, ils se rendent sur sa tombe au jardin des Errants et Sophie décide de les accompagner pour leur montrer son soutien. S’éloignant pour leur donner quelques instants seuls avec leurs souvenirs, elle s’aventure plus loin dans le jardin et découvre quelque chose qu’elle n’aurait jamais imaginé : sa propre tombe, ainsi que celle de Dex, érigées lorsque tout le monde les croyaient disparus  à jamais. Passé le premier choc, elle découvre alors un objet laissé à son attention par le Cygne Noir, objet qui va être le déclencheur de toutes les péripéties qui vont suivre. Déterminée à ne plus être la marionnette du Cygne Noir, Sophie va tenter de découvrir quel est leur véritable but et quelles sont leurs intentions envers elle.

Ce tome va donc nous permettre d’en apprendre un peu plus sur le passé de Sophie. La raison de son existence est toujours un mystère (mais rien d’étonnant de ce côté là) même si on commence à entrevoir certaines choses. Entre la méfiance du peuple envers le Conseil et les nouvelles capacités que Sophie va se découvrir (oui, encore !), un premier scénario s’esquisse doucement. Même si je comprends l’apparition de ces nouvelles capacités pour les besoins de l’histoire (et aussi pour permettre à l’auteur de se sortir de certains situations *toussote*) je commence à me lasser de voir que les capacités de Sophie ne semblent pas avoir de limite. Je n’apprécie pas beaucoup les personnes parfaits qui ont toute la puissance du monde avec eux. Preuve en est, Sophie a montré une faiblesse dans ce nouvel opus et Shannon Messenger s’est empressé de la corriger. Certes cela lui a permis de lever le voile sur certains points et de rétablir certaines vérités, mais tout de même. Personne n’aime un héros sans aucune faille, aucun défaut. Du moins pas moi.

Ce second tome de Gardiens des cités perdues met également en avant l’évolution des relations de Sophie. Son entente avec ses tuteurs est au beau fixe et plus d’une fois la jeune fille se retrouve avec l’envie d’appeler Grady « papa » (même si à mes yeux il est beaucoup, beaucoup trop tôt pour ça). Elle prend également conscience de l’attachement qu’elle éprouve envers Alden et solidifie grandement son amitié avec Keefe. C’était une vraie de joie de passer plus de temps avec ce personnage bourré d’humour mais j’en suis presque venue à regretter qu’il prenne tant de place. Dex était omniprésent dans le premier opus, je me suis donc forcément attachée à lui. Et pourtant dans ce second volet il est relégué en arrière plan, au profit de Keefe. Après lecture totale du livre je comprends l’importance du rôle de Keefe dans tout ça, mais était-il réellement nécessaire de nous coller un autre début de romance ? Ce qui était jusque là un triangle amoureux (Sophie/Dex/Fitz) se transforme brusquement en carré alors que j’aurais tellement mais tellement aimé que Keefe ne rentre pas dans ce jeu là et se contente d’être le super ami, l’oreille attentive sur laquelle on peut compter quelque soit l’heure du jour ou de la nuit. Le premier tome est consacré à Dex, le second à Keefe, qui veut parier que dans le troisième ce sera au tour de Fitz ? Ou d’un nouveau personnage, d’ailleurs. Après tout s’il y a autant de tomes qu’il y a d’années à Firefox, on a le temps de voir venir ! En parlant de Fitz, dans ce tome il brille par son absence et c’est dommage. Certains diront que son comportement vis-à-vis de Sophie est inadmissible, je ne suis pas d’accord. Il souffre, il lui faut un coupable, point. Il n’est pas question de logique là-dedans mais juste de ressenti et de sentiment.

Autre point qui me chiffonne : il est pratiquement interdit d’éprouver de la culpabilité. L’esprit elfique est fait de telle manière qu’il ne peut pas supporter le poids d’une trop grande culpabilité et finit par se briser. Que doit-on comprendre alors ? Qu’on est obligé d’être heureux et de rester dans les clous si on ne veut pas voir son esprit voler en éclats ? Dans ce cas on peut très bien prendre le problème à l’envers et ne plus se soucier de rien, ni de ses actes répréhensibles ni du mal que l’on peut faire. L’utopie que Shannon Messenger nous a présentée commence à se transformer en dictature où l’erreur n’est pas permise, mais si on ne nous laisse pas la possibilité de faire des erreurs alors cela revient à dire qu’on ne nous laisse pas le choix. Mais peut-être que je m’enflamme (ça m’arrive souvent ^^) et que je vais trop loin dans mes réflexion, que je cherche quelque chose là où il n’y a rien. Seul l’avenir nous le dira 🙂

Bref, ces deux points noirs mis à part, j’ai pris plus de plaisir à lire ce deuxième volet que le premier. Peut-être parce que je me suis faite une raison concernant ce qui me chiffonnait dans le premier, ou peut-être parce que l’action y est encore plus soutenue. On y croise tout un mélange d’émotions diverses et varier (douleur, tristesse, culpabilité, trahison, inquiétude, espoir, …) et je me suis retrouvée à me poser autant de questions que Sophie tout en éprouvant un furieux besoin d’en connaître les réponses. Le voile qui entoure le mystère du Cygne noir n’est toujours pas levé mais j’ai quand même eu l’impression que je me rapprochais un peu plus de la vérité. Alors que je me retrouve avec encore plus de questions ! Que vient faire Jolie dans cette histoire ? Quel était réellement le rôle de Prentice dans tout ça ? Pourquoi le Cygne Noir a-t-il créé Sophie ? Tellement, tellement, mais tellement de nouvelles questions ! L’auteur laisse traîner des indices mais tous font partie d’un plan immensément plus grand si bien que Sophie (tout comme nous d’ailleurs !) ne distingue pas grand chose pour le moment.

Belle évolution de cette saga, j’espère que le tome 3 sera à la hauteur !

Note : 7/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.