Forget tomorrow

forget-tomorrow*Avatar Tomie (fond violet)
*
*
*

*

Auteur : Pintip Dunn
Editeur : Lumen
Date de sortie : 21 Janvier 2016
Nombre de pages : 430
Format : Broché
ISBN : 978-2371020641
Statut : Tome 1

« Je sais que les larmes sont comme l’eau qui goutte dans une grotte. Elles semblent insignifiantes, et pourtant, au fil des ans, la douleur qu’elles expriment vous change en pierre, aussi sûrement que les grottes créent les stalactites. »

Synopsis :

Imaginez un monde où votre avenir a déjà été fixé… par votre futur moi !
Callie vient d’avoir dix-sept ans et, comme tous ses camarades de classe, attend avec impatience le précieux « souvenir », envoyé par son moi futur, qui l’aidera à se glisser dans la peau de la femme qu’elle est destinée à devenir. Athlète de haut niveau… Scientifique de renom… Politique de premier plan… Ou, dans le cas de Callie, tueuse.
Car dans son rêve, elle se voit assassiner Jessa, sa jeune sœur adorée… qu’elle passe pourtant ses journées à protéger des autorités, car l’enfant a le pouvoir caché de prédire l’avenir proche ! Avant même de comprendre ce qui lui arrive, Callie est arrêtée et internée dans les Limbes – une prison réservée à tous ceux qui sont destinés à enfreindre la loi. Avec l’aide inattendue de Logan, un vieil ami qui a cessé, cinq ans auparavant, de lui parler du jour au lendemain, elle va tenter de déclencher une série d’événements capables d’altérer son destin.
Lorsque l’avenir semble tout tracé, le combat est-il perdu d’avance ? Dans la veine de Minority Report, Forget Tomorrow est le premier tome d’une dystopie haletante, dont l’héroïne va devoir trouver un moyen infaillible de protéger sa sœur de la plus grande des menaces : elle-même…

L’avis de Tomie :

Le jour de leurs dix-sept ans, et ce depuis l’Essor Technologique, chaque adolescent reçoit un souvenir personnel envoyé depuis le futur. Ce souvenir est une chose précieuse qui déterminera l’avenir de chaque adolescent. Callie a attendu ce grand jour toute sa vie. Passionnée de cuisine, elle espère se découvrir grand chef cuisinier. Sa vie bascule lorsque son souvenir lui est révélé, faisant d’elle une criminelle. Jugée coupable pour un acte qu’elle n’a pas encore commis, Callie se voit envoyer dans les Lymbes où, comme elle, d’autres adolescents sont enfermés pour les empêcher de commettre l’irréparable et compromettre l’équilibre de leur société.

L’idée que notre destin puisse être tout tracé et surtout immuable est un concept avec lequel j’ai du mal. Ce n’est pas une thématique que j’ai souvent croisé au fil de mes lectures et j’avais hâte de connaître le point de vue d’un auteur young adult sur le sujet. C’est un élément central de Forget tomorrow mais il y a tellement d’autres choses qui gravitent dans cet univers ! En quelques pages seulement je me suis retrouvé complètement happée par cette histoire. On veut en savoir toujours plus et ce sur une multitude de sujets : on veut comprendre comment Callie peut, dans le futur, sérieusement envisager de commettre un tel acte, apprendre ce que deviennent ceux qui sont dans les Limbes (puisqu’il ne semble y avoir que des adolescents là-bas), savoir si les pouvoirs de Jessa (la petite sœur de Callie) vont être découverts et lui apporter des ennuis, si le père de Callie finira par revenir, … Il y a énormément de choses dans Forget tomorrow et pourtant pas une seule fois je me suis faite la réflexion qu’il y en avait trop. Certains auteurs vont trop loin mais Pintip Dunn a définitivement trouvé un juste milieu qui me plaît.

La société qu’il nous dépeint est futuristes et d’une certaine manière assez effrayante. Je ne m’imagine pas ne plus cuisiner manuelle et me contenter de plats tout prêts ou fabriqués exclusivement par des machines. Je ne m’imagine pas me voir attribuer une puce magnétique renfermant un seul et unique souvenir censé faire office de garantie pour mon futur employeur. Il n’est même plus question de méritocratie, de reconnaissance de l’intelligence, de l’effort ou des capacités. Si votre souvenir vous montre médecin, n’essayez même pas de devenir fleuriste, personne ne voudra vous engager. Il n’y a absolument plus d’imprévu, un simple souvenir du futur programme à lui seul toute votre vie. Je trouve ça tout simplement effrayant. Je sais que l’humanité cherche à dominer l’imprévu, à parer à toute éventualité, mais lorsque cela touche également les hommes, je ne peux pas m’empêcher de penser que l’on touche à la liberté de chacun. Certes Forget tomorrow n’est qu’une fiction mais je me suis retrouvé embarquée dans cette histoire au point d’avoir peur qu’un jour ce genre de chose soit effectivement possible.

Le pire est sans doute de voir à quel point les citoyens de Eden City sont soumis à ces souvenirs du futur. Comment peut-on condamner quelqu’un pour un crime qui n’a pas encore été commis ? Comment peut-on ne pas laisser la possibilité de bien faire les choses maintenant que l’avertissement a été donné ? Une partie de moi comprend  que le gouvernement ne veuille pas prendre de risque mais la solution qu’il propose est aberrante. C’est ce point précisément qui a fait que j’ai dévoré Forget tomorrow. Je voulais absolument finir par lire que Callie se révoltait contre le système et leur prouvait à tous qu’une autre alternative était possible, que rien n’était écrit.

Callie, notre narratrice, se présente comme une jeune fille simple et normale, qui aime profondément sa mère et sa petite sœur. Presque effacée, elle est l’exemple même de la fille que l’on ne remarque pas. Je n’ai pas eu le moindre mal à m’attacher à elle. Elle est tout sauf prétentieuse, est totalement dévouée à sa famille, et lorsqu’elle se trouve égoïste, je ne suis pas d’accord avec elle. Certes elle veut certaines choses mais ne le dit jamais à voix haute et ne fait jamais rien pour influencer la décision des autres en sa faveur. Son seul acte réellement égoïste est lorsqu’elle décide de tout faire pour aller sauver sa petite sœur. Et peut-on vraiment parler d’égoïsme dans ce cas là ? Mais ce qui me plaît encore plus chez Callie, c’est son besoin constant de voir ou de sentir le soleil. Elle est attirée par cet astre comme le serait un tournesol et je trouve ça tout simplement magnifique. Peu lui importe d’être enfermée entre quatre mur pendant une semaine du moment qu’on lui permet de voir le soleil pendant quinze minutes. De plus Callie, qui jusque là ne s’était jamais posé la moindre question, va remettre en cause les fondements de la société dans laquelle elle vit. On suit son raisonnement, qui progresse lentement grâce à de petites découvertes, ce qui nous amène à réfléchir nous-mêmes sur les principes de cette société.  Je n’ai cependant jamais réussi à approuver ou à comprendre comment les dirigeants pouvaient agir de cette façon, pas même un tout petit peu. Certains diront que leurs actes se justifiaient mais je ne serai jamais d’accord avec eux. Je ne peux pas cautionner un monde où le libre arbitre n’est plus.

Côté personnages secondaires, il y en a à foison, certains plus intéressant que d’autres. J’adore Tristine (et je suis tellement mais tellement révoltée par ce que l’auteur lui a fait !), je suis dubitative face à la mère de Callie, je suis atrocement triste pour Angela et Zed qui s’empêchent d’avancer à cause de leur damné souvenir, et je suis mitigée concernant Jessa. Elle est innocente et adorable, on ne peut rien lui reprocher, et c’est justement ça qui m’énerve. Je n’aime pas qu’on m’impose de devoir aimer un personnage. J’ai eu (et j’ai encore) un peu de mal avec Logan. Au fil du livre on découvre son histoire et les raisons qui l’ont poussé à s’éloigner de Callie il y a cinq ans, ce qui m’a un peu réconciliée avec lui, mais sa passivité m’a plus d’une fois fait lever les yeux au ciel. J’avais envie qu’il se montre un peu plus égoïste, qu’il cesse de se sentir coupable, qu’il tienne enfin tête à son frère. Lorsqu’il le fait enfin, c’est sans heurt, sans faire de bruit, si bien qu’une confrontation avec son grand frère m’a vraiment, vraiment manqué. La romance entre Logan et Callie reste très discrète, basée plus sur le ressenti que les actes. Un peu à la manière de Divergente (vous me pardonnerez la comparaison, mais je l’ai faite malgré moi à plusieurs reprises au cours de ma lecture). Ca s’insère dans l’histoire sans jamais prendre le pas sur l’intrigue, ce qui est une bonne chose. Je n’avais pas envie que tout bascule et que la trame principale se voit reléguée au second plan. Bien que pas de romance du tout ne m’aurait pas non plus dérangé. Parce que bon, le fait que Logan soit revenu vers Callie uniquement parce qu’il l’a vu dans son souvenir futur me hérisse légèrement le poil.

Mise à part cette romance, la seule chose que je vais réellement reprocher à ce livre, ce sont les « méchants ». Je ne comprends pas pourquoi suivre ces souvenirs futurs est à ce point vital. Qu’est-ce que ça peut bien faire que je refuse une carrière de pianiste ? En quoi ça va bouleverser la société ? Si mon souvenir me montre en train de commettre un crime, pourquoi vouloir s’assurer que cela se produit bel et bien mais dans un environnement contrôlé ? Du coup le but ultime de la présidente Dresden (trouver comment sont envoyés les souvenirs, qui est responsable de ça et s’assurer de tout faire pour que cette personne puisse bel et bien les envoyer) me semble un peu caduc. Elle ordonne des choses aussi horrible qu’absurde et je ne comprends pas pourquoi. A moins que ça ne soit qu’une énième histoire de contrôle, de pouvoir et de mégalomanie ? Si c’est ça l’idée de l’auteur, je dis non.

En refermant Forget tomorrow, j’ai eu l’impression de m’être pris une véritable claque. Tout s’est enchaîné très vite dans les ultimes chapitres, mais que dire du tout dernier ? Encore plus de questions, encore plus de « comment ». Cette fin est à la fois géniale et redoutable. Comment parvenir à faire un tome 2 (et un 3) qui soit à la hauteur ? J’ai trop souvent été déçue par des trilogies dont le premier tome m’avait transporté mais dont les suivants n’ont pas été à la hauteur. Pas sûre que j’aurais lu ce livre si j’avais su que ce n’était pas un tome unique. J’ai conscience qu’une telle intrigue ne pouvait pas se résoudre en un seul volume mais j’ai vraiment peur d’être déçue par la suite. Que va bien pouvoir imaginer Pintip Dunn pour pouvoir remplir deux autres volumes ?

Note : 8/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.