First love

Fisrt loveAvatar Tomie (fond violet)
*
*
*
*

Auteur : James Patterson
Editeur : Hachette roman
Date de sortie : 27 avril 2016
Nombre de pages : 310
Format : Broché
ISBN : 978-2012319769
Statut : Tome unique

« La fin n’a pas d’importance, ce qui compte, c’est qu’elle t’attrape. Vlan, t’es fini. Mais la vie, Axi ? Il y a des degrés dans la vie. Tu peux vivre intensément ou à moitié éteint. Tu peux dévaler une dune de sable en skate ou tu peux passer ton temps devant la télé. Je ne vais pas jouer les vieux sages, mais tu dois continuer de vivre comme on l’a fait pendant nos deux semaines fantastiques. Prendre des risques, Axi. C’est ça le secret. Risque chaque instant de ta vie. »

Synopsis :

Moi c’est Axi. J’ai seize ans. J’ai toujours été une bonne élève, surtout pas du genre à m’attirer des ennuis …. jusqu’à aujourd’hui. Il est exactement 4h30 du matin, je viens de me réveiller et de tirer mon sac à dos de sous mon lit. Je pars.
Lui c’est Robinson. Un jour, je l’ai traité de voyou, histoire de rigoler : il n’a jamais oublié. Il a presque dix-sept ans. C’est mon meilleur ami, mon complice de tous les bons … et moins bons … moments.
Alors forcément, quand je lui propose de fuguer pour partir en road-trip à travers les Etats-Unis, il n’hésite pas longtemps. De toute façon, j’ai tout minutieusement préparé. Ou presque … Car comment aurais-je pu prévoir ce qui nous attendait vraiment ?

L’avis de Tomie :

Axi est une jeune fille de seize ans qui n’a pas eu beaucoup de chance dans la vie. Sa petite sœur est décédée, sa mère est partie, et son père a sombré dans l’alcool. La seule personne sur qui elle puisse véritablement compter est Robinson, son meilleur ami. Axi est discrète, polie, bonne élève, férue de littérature. Mais Axi en a surtout assez de cette vie et rêve d’aventure. Et finalement, qu’est-ce qui la retient ? Rien. Alors un jour Axi sèche les cours de l’après-midi et retrouve Robinson dans leur café préféré pour lui faire une proposition plus que surprenante : lui, elle, et des kilomètres de route qui défilent devant leur yeux. Un road-trip en bus à travers les États-Unis. Il en faut peu pour convaincre Robinson. Sans parler à personne de leur projet, les deux adolescents s’enfuient non pas à bord d’un bus comme l’avait prévu Axi mais sur une Harley Davidson que Robinson vient juste de voler. Malgré la peur et cet imprévu qui en laisse présager tant d’autres Axi, grimpe derrière Robinson et quitte enfin K Falls sans jamais se retourner.

Je vais être franche, First Love n’était pas du tout prévu dans mes achats. La couverture a tout de suite attiré mon regard parce que pour une fois la maison d’édition a opté pour quelque chose de vraiment original. La couverture raconte une histoire à elle toute seule, il n’y a presque pas besoin de lire le résumé. Un achat impulsif, donc, et un livre dont je n’avais pas encore entendu parler. Je l’ai feuillé et j’ai aimé le concept d’inclure des photos tout au long de l’histoire. Mais surtout j’ai aimé le concept du road-trip ! Merlin que j’aime les livres sur ce sujet !

Les motivations d’Axi sont logiques et crédibles, ce qui est déjà une bonne base. Au début l’auteur ne nous dit pas pourquoi Robinson accepte de la suivre dans un projet aussi fou, mais lorsqu’on connait enfin ses raisons, on ne peut que l’approuver. A eux deux ils forment un duo assorti mais surtout attachant. Il y a aussi ce grand mystère qui plane sur eux et dont je ne dirais rien pour ne pas vous dévoiler une grosse partie du roman. Les indices sont disséminés ici et là, on fait des suppositions, on émet des hypothèses, mais surtout lorsque les choses deviennent claires, lorsque le grand secret est enfin dévoilé au lecteur, on ne peut pas s’empêcher de prier pour que les choses ne soient pas aussi désespérées qu’elles en ont l’air. Pour ma part je ne m’attendais pas à une telle révélation. Et surtout je ne voulais pas d’une révélation. J’étais bien en compagnie d’Axi et de Robinson sur les routes des USA, je ne voulais pas de ce poids sur leurs épaules, de cette épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes. Je pensais vraiment que l’auteur s’en tiendrait à une romance comme on en voit tant d’autres et ça m’aurait largement suffi. Malheureusement (du moins pour moi) l’auteur a voulu « faire plus » et ça m’a déstabilisé. Brusquement je suis sortie de l’histoire et je n’avais plus le même plaisir à suivre nos deux protagonistes. Je voulais une lecture légère, pas quelque chose qui me laisserait avec une boule au creux de l’estomac. Ca m’apprendra à acheter un livre sur un coup de tête. D’accord ce « quelque de plus » ajoute une nouvelle dimension à leur romance mais leurs sentiments sont déjà tellement puissants, ils n’avaient pas besoin de ça ! Tout bascule, l’histoire devient terriblement dure et la flamme de l’espoir s’éteint sans qu’on ne s’y attende.

Côté négatif (parce que oui il y en a ^^) je trouve dommage qu’on ne voit pas plus les États-Unis que ça. Je m’attendais à ce que ce soit presque un troisième personnage. Au final on en voit peu. Pour moi il n’y a pas assez de descriptions, pas assez de visites de ces lieux tantôt incroyables tantôt insolites. De plus j’aurais vraiment aimé que leur voyage dur plus longtemps avant que les ennuis ne rattrapent nos deux héros. C’est comme pour les photos ! Oui l’idée est vraiment sympa, oui j’adhère complètement au concept, mais je me fous pas mal des panneaux de signalisation tellement mais tellement nombreux ! J’aurais préféré plus de photos des lieux qu’ils visitaient, des paysages qu’il voyaient, plus de photos de Axi et Robinson, tout simplement ! Il y a aussi (promis, après j’arrête de me plaindre) les sentiments d’Axi. Dans toute la première partie ses sentiments restent assez confus. On ne ressent pas assez ses émotions son hésitation, son incertitude, l’amour qu’elle porte à Robinson, tout simplement. Elle nous dit qu’elle est amoureuse de Robinson et pourtant elle ne me donne pas l’impression de réellement ressentir cet amour. Ma première pensée à été « ça se voit que c’est écrit par un homme ». J’en suis même venu à me demander si Axi n’allait pas rencontrer quelqu’un qu’elle aimerait plus fort et réaliser qu’elle n’était pas amoureuse de Robinson. Je n’ai eu aucun mal à croire en la force de leur amitié mais les sentiments amoureux d’Axi ne m’ont pas semblé assez développés. Et pourtant, étrangement, la seconde partie de First Love fonctionne parfaitement. Il y a plus de retenu, plus de non-dit, plus d’urgence et de désespoir, aussi. C’est vraiment grâce à leur premier baiser que j’ai commencé à croire à leur histoire.

Ses défauts mis à part, First Love reste tout de même une belle leçon de vie. On ne peut pas refermer le livre et ne pas se dire « mais qu’est-ce que je suis en train de faire ? Je passe à côté de ma vie ! » Cette damnée histoire a quand même réussi à me faire douter sur ma passion pour les livres : tant de temps « perdu » à lire alors que j’aurais pu sortir et voir le monde, vivre un tas d’expériences complètement dingues ! Heureusement le souffle de la révolte s’est calmé en moi et je me suis assagie avec la conviction que j’avais trouvé un juste milieu et que non, je ne passais pas à côté de ma vie. Mais First Love m’a donné envie de tout plaquer, d’empoigner mon sac à dos et de partir sur le champ pour réaliser mon rêve sans même un début de plan en poche, et rien que pour ça je trouve ce livre magique.

Note : 7/10

2 комментария к “First love”

    1. Je ne connaissais pas du tout non plus mais je ne regrette pas mon achat ! Plus triste que ce à quoi je m’attendais mais j’ai quand même passé ce bon moment 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.