Dysfonctionnelle

Dysfonctionnelle

*
*Avatar Tomie (fond violet)
*
*
*
*
*
Auteur : Axl Cendres
Editeur : Sarbacane
Date de sortie : 7 Octobre 2015
Nombre de pages : 305
Format : Broché
ISBN : 978-2848658186
Statut : Tome unique

« Même avec une chose que tout le monde croit perdue, on peut faire quelque chose de merveilleux. »

Synopsis :

Fidèle, alias Fifi, alias Bouboule, grandit dans une famille dysfonctionnelle. Papa enchaîne les allers-retours en prison, Maman à l’asile.
Mais malgré le quotidien difficile, Fidèle vit des moments de joies, entourée de ses six frères et sœurs aux prénoms panachés : Alyson, JR, Dalida, Jésus, … Cette tribu un peu foldingue demeure « Au bout du monde », le bar à tocards que tient le père dans Belleville.
A l’adolescence, la découverte de son intelligence précoce mène Fidèle à « l’autre » bout du monde : un lycée des beaux quartiers où les élèves regardent de haut son perfecto, ses manières de chat de gouttière.
Mais c’est là aussi que l’attend l’amour, le vrai, celui qui transforme … Celui qui sauve.

L’avis de Tomie :

Lorsqu’il n’est pas en prison, Sid-Ahmed tient avec son frère un bar situé à Paris qu’ils ont baptisé Le bout du monde. Lorsqu’elle n’est pas prise au piège de ses souvenirs de petite fille juive sous la seconde guerre mondiale qui la conduisent parfois à l’asile, Natouchka est une mère aimante et férue de musique classique. A eux deux ils ont eu sept enfants élevés dans la foi catholique tous pourvus d’une personnalité bien distincte : Dalida (la princesse qui a atterri dans la mauvaise famille), Alyson (attirée par les mauvais garçons), Marilyne (la rebelle et activiste), Fidèle (notre narratrice), Sid-Ahmed Junior (dit JR, le tombeur de ces dames), Jésus (qui se prend pour le vrai et qui pardonne aux autres tous leurs pêchés) et Grégorio (le bagarreur). Pour les aider à éduquer tout ce petit monde il y a Zaza, la mère kabyle de Sid-Ahmed.

Dysfonctionnelle se décompose en deux parties. Il y a d’abord toute la présentation de la famille Benhamoud : les parents, l’oncle, la grand-mère, les sept enfants, le Bout du monde, les habitués attachants toujours là pour donner un coup de main, les séjours en prison ou à l’asile. Malgré les différences de chacun, tout ce petit monde parvient à cohabiter (sauf Dalida) et surtout à s’aimer. C’est d’ailleurs cet amour inconditionnel qui permet à cette famille de tenir, tout comme ce courage dont chacun fait preuve face aux difficultés et qui leur permet à tous de s’imposer au monde comme ils sont, sans jamais changer. Parce que s’il y a bien une chose que vous apprendrez de ce livre (et sans même vous en rendre compte), c’est la tolérance sous toutes ses formes.

La seconde partie du roman est plus centrée sur Fidèle elle-même, sur la découverte de son homosexualité (parfaitement acceptée par la famille), ses premiers émois, la découverte de son QI extraordinaire, son arrivée dans un lycée « de bourges », sa rencontre avec Sarah, la douleur qui peut surgir de n’importe où lorsqu’on est en couple, cette guerre qui frappe l’Algérie et qui a des répercussions sur sa famille, … C’est une réalité parfois dure que nous dépeint Fidèle, au point qu’on se retrouve ici et là avec les larmes aux yeux, mais les sujets sont tous traités avec justesse et surtout sans que ne viennent les clichés (j’imaginais déjà l’habituel père musulman révolté par l’homosexualité de sa fille mais il n’en est rien, sa réaction est même parfaite !). Et puis il y a l’humour, d’abord de part les enfants, mais aussi grâce aux habitués du bar qui ont toujours la bonne réplique au bon moment et à qui on s’attache en un battement de cœur. Sans oublier cet oncle merveilleux toujours là pour prodiguer des conseils tellement improbables qu’on imagine déjà que tout va partir en sucette et qui pourtant se révèlent toujours payants.

Ce livre est un véritable moment de bonheur et on en devient vite accro. Une fois commencé, pas moyen d’abandonner Fidèle même pour quelques instants. Il est impossible de savoir à l’avance ce qu’il va se passer dans ce scénario complètement loufoque tant les personnages ont tous un caractère imprévisible. Aucun protagoniste n’est négligé, chacun se voit accorder suffisamment de temps pour se voir attribuer une vraie personnalité et surtout une vraie histoire.

Fidèle grandit au fil du livre, donc les sujets qu’elle aborde aussi. Il fallait oser parler de ce genre de choses en littérature jeunesse et Axl Cendres l’a fait. L’alcool, la drogue, le sexe, … notre héroïne passe par tout un tas de choses et l’on en vient parfois à se demander comment elle peut encore tenir debout. Parce qu’au final il n’y a pas que sa famille qui soit dysfonctionnelle, son quotidien l’est aussi. Sans oublier que jusqu’au dernier moment on se demandera si elle s’enfoncera dans sa descente aux enfers ou si elle se relèvera, si elle aura droit à sa fin heureuse.

Bref, un scénario totalement dysfonctionnel pour une famille dysfonctionnelle, et c’est tout bonnement génial !

(La seule vraie critique que je peux faire sur ce livre vient de l’orthographe. On peut pardonner quelques coquilles mais au bout d’un moment je dis stop. C’est une histoire censée avoir été relue professionnellement avant d’être publiée, mais trop c’est trop, surtout lorsque même les prénoms des personnages sont touchés : quand Alyson devient Alison, ça vous fait un choc).

Note : 9/10

2 комментария к “Dysfonctionnelle”

    1. Impossible de ne pas aimer ce livre ! 😀 Même si les sujets abordés sont durs, ça change vraiment de ce qu’on peut lire habituellement !

      Tomie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.