Dévoile-moi

*Avatar Tomie (fond violet)
*
*
*

Auteur : Sylvia Day
Editeur : J’ai lu
Date de sortie : 3 Novembre 2012
Nombre de pages : 407
Format : Broché
ISBN : 978-2290064672
Statut : Tome 1

*

« Tu sais comment c’est – il y a des mecs très beaux qui n’ont aucun effet sur tes hormones et des types quelconques qui te mettent les sens en ébullition. »

Synopsis :

Lorsqu’il est entré dans ma vie, je ne savais rien de Gidéon Cross sinon qu’il exerçait sur moi une attraction si intense que j’en fus ébranlée. J’ignorais encore tout de sa force et de ses failles, de ce besoin qu’il avait de posséder et de dominer, de l’abîme au bord duquel il oscillait. Je n’imaginais pas que chacun de nous deviendrait le miroir de l’autre ― un miroir dans lequel se refléteraient les blessures intimes et les désirs vertigineux qui nous habitaient. Je ne mesurais pas encore la profondeur de l’amour qui allait nous unir.

L’avis de Tomie :

Eva Tramell commence sa nouvelle vie à New York comme assistante pour un publiciste. Sur son lieu de travaille elle rencontre par hasard le grand patron en personne, Gidéon Cross, qu’elle juge d’une beauté renversante. Si l’apparence lui plait, en revanche la personnalité beaucoup moins : il se permet de la tutoyer et à même le culot de lui demander si elle accepterait de coucher avec lui. Bien qu’elle se refuse vertement à lui, il ne cède pas pour autant et comme alors un jeu du chat et de la souris.

Il est des livres que je n’ouvrirais pas pour tout l’or du monde et jusqu’à présent celui-ci en faisait partie. Mais quand votre pote est planté devant sa console, vous vous retrouvez à fureter dans la bibliothèque de sa petite amie et vous réalisez avec horreur qu’elle a été happée par le phénomène Cinquante nuances de Grey et qu’elle ne lit que de la littérature érotique. Du coup pas le choix, vous prenez celui qui vous semble le moins pire de tous, et pour moi ce fut Dévoile-moi. Je tiens à préciser que je ne ferai pas de comparaison entre Cinquante nuances de Grey et Dévoile-moi puisque je ne suis pas parvenue à aller au bout du premier tome de cette trilogie qui a soi-disant secoué la terre entière.

Je ne vais pas vous le cacher, je me suis retrouvée plus d’une fois à lever les yeux au ciel ou à rire toute seule tellement certaines situations me semblaient improbables/pitoyables. Rien de bien nouveau dans le scénario, au final la littérature érotique commence plus ou moins toujours de la même façon. Eva me plaisait bien au début. Malgré sa jeunesse elle a un certain caractère et est loin d’être naïve. Et que dire de son meilleur ami Cary ? Il m’a plu tout de suite. Beaucoup moins sur la fin … Quant à Gidéon ? Ce type est une horreur. Il ne prend pas « non » pour réponse et est franchement effrayant. Son argent lui permet de tout s’offrir, y compris les services de certains professionnels pour tout savoir sur la vie d’Eva. A sa place je trouverai ça franchement effrayant. Le « pire » a sans doute été d’apprendre qu’en plus de posséder le bureau dans lequel elle travaille, il possède également l’immeuble où elle vit ainsi que le bar où il lui arrive d’aller se détendre. A la place d’Eva je me serai sentie prise au piège, mais pas elle. La résistance qu’elle offrait à Cross me plaisait, je m’attendais à un véritable jeu de séduction, presque à une bataille pour voir qui ferait plier l’autre en premier. Mais point de bataille, Eva réagit avec son deuxième cerveau (oui, les femmes en un aussi, ce n’est pas spécifique aux hommes !) et se laisse approcher rapidement, même si elle pose deux-trois conditions que monsieur s’empresse d’accepter. Le problème vient peut-être de là. Les scènes de sexe s’enchainent dans différents contextes et à différents degrés mais sont toujours trop courtes et, oserais-je le dire, trop succinctes. Il y a plus à écrire que quelques léchouilles, une brève description de sensations et la mention d’un ou deux orgasmes. Je suis navrée de le dire mais Sylvia Day ne m’a pas fait fantasmer. Pour un livre qui est censé ne se lire que d’une main, c’est quand même dommage !

Etant donné que Eva et Gidéon en viennent rapidement aux choses sérieuses, je me suis franchement demandé ce qui pouvait occuper les trois derniers quarts de Dévoile-moi. Ce qui est sûr c’est que je ne m’attendais pas à un micmac pareil. On finit par comprendre que Gidéon a de véritables problèmes d’engagements qui lui ont valu quelques casseroles qu’il se traîne toujours mais surtout qu’Eva a un passé sombre dont elle a du mal à se défaire. Ce point a rajouté une certaine profondeur au personnage, ce qui m’a plu, tout comme avec Cary, qui se juge « cabossé par la vie ». Si on en apprend plus sur Eva, le passé de Cary reste pour le moment un mystère. Mais étrangement quand on en vient à comprendre que Gidéon a lui aussi connu un traumatisme, là j’ai dit non. Un personnage à problèmes, ok. Deux, pourquoi pas. Mais trois ? Je dis stop. Certes cela rajoute des difficultés à leur histoire, certes cela rajoute un rebondissement, mais là ça commence à faire beaucoup. A la limite, il aurait fallu faire de Cary un personnage normal, sans bagage émotionnels à traîner (il m’a d’ailleurs énormément déçue en agissant de cette façon). Là je pense que j’aurais plus apprécié cette romance entre nos deux traumatisés. Enfin, quand je dis « romance » … Eva nous parle d’amour mais je ne l’ai pas ressenti. Gidéon clame ses sentiments mais je ne les ai pas vus. Pire encore, qu’il se mette à pleurer chaque fois qu’elle menace de le quitter est … pathétique. Je n’ai pas d’autres mots. Ce n’est même pas le fait que cela casse son image de dominateur (au contraire, qui ne rêverait pas qu’un gros dur brise ainsi sa carapace pour vous ?), c’est tout simplement, je pense, dans la façon dont les choses nous sont racontées. Je n’ai pas ressenti la détresse de Gidéon, sa peur de perdre Eva, pas plus que l’évolution de ses sentiments envers elle, évolution qui l’aurait donc conduit à se comporter ainsi en cas de rupture. Je suis restée figée avec mon livre entre les mains à me demander si j’avais bien lu ou si je n’avais pas sauté quelques pages. C’est comme lorsqu’on apprend que Gidéon a fait installer dans son appartement la reproduction exacte de la chambre d’Eva. Comment peut-elle sérieusement trouver ça touchant ? C’est effrayant ! L’emprise de Gidéon se referme encore un peu plus sur elle et elle l’en remercierait presque pour ça !

Si la première partie du livre se laisse lire facilement, je reconnais que la seconde a commencé à me mettre mal à l’aise. Entre le passé d’Eva, celui de Gidéon, leur couple qui se brise puis se rabiboche (encore et encore), cette histoire de presse qui vient fourrer son nez où elle ne devrait pas, et cette notion de dominant/dominé qui tombe comme un cheveux sur la soupe, je n’en pouvais plus. Sans oublier que je suis sidérée des actions et réactions d’Eva face à Gidéon et son manque de subtilité malgré le traumatisme qu’elle a subi durant l’enfance. Qu’elle ait réussi à y faire face je veux bien, mais un minimum de résistance quand même, zut alors ! Même les scènes de sexe ne me permettaient plus de faire une pause dans tout ce bazar parce qu’il y avait trop de tension dans l’air, trop de problèmes. Je n’ai rien contre la littérature érotique, bien au contraire, mais Dévoile-moi n’est clairement pas fait pour moi. Trop de problèmes qui s’emmêlent, trop de choses qui ne sont pas crédibles, des actions/réactions que je ne comprends pas, … Sans oublier que parfois les situations ne s’imbriquent pas très bien entre elles. C’est dommage, la première partie du livre m’avait presque donné envie de redonner une chance à cette nouvelle vague qui déferle dans nos librairies mais je vais m’en tenir à mes bonnes vieilles lectures érotiques en ligne écrites par monsieur et madame tout le monde. L’auteur le dit elle-même, ce livre est un fantasme. Est-ce une raison suffisante pour ne pas en faire une histoire crédible ? Il m’a manqué le réalisme mais surtout les sentiments et l’empathie. De leur rencontre au revirement de chacun, rien ne m’a semblé naturel et c’est bien dommage.

Note : 2/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.