Comme un livre ouvert

Comme un livre ouvertAvatar Tomie (fond violet)

*
*
*
*
*

Auteur : Liz Kessler
Editeur : Hugo Roman
Date de sortie : 4 février 2016
Nombre de pages : 303
Format : Broché
ISBN : 978-2755623093
Statut : Tome unique

« Pendant tout ce temps où j’ai cru qu’elle représentait mon avenir, je me trompais. Elle a été la porte qui s’ouvrait sur mon avenir. Mais j’ai franchi cette porte à présent et je suis prête à la refermer derrière moi. »

Synopsis :

Ashleigh Walker est amoureuse. Au sens le plus intense et bouleversant du terme. Un amour inconditionnel qui la consume. De quoi oublier de s’inquiéter pour ses mauvais résultats scolaires. De quoi lui faire oublier le mariage de ses parents qui s’effondre. Il y a juste une chose qui la perturbe …
Pourquoi n’est-ce pas son petit ami qui la met dans cet état, mais plutôt mademoiselle Murray, sa prof de littérature ?

L’avis de Tomie :

Ashleigh, dit Ash, une adolescente de 17 ans un peu rebelle sur les bords qui a tendance à sécher les cours et ne pas travailler à l’école (ce n’est pas franchement ce que j’appelle être rebelle, ou alors je l’ai été sans même le savoir ^^). Malheureusement pour elle, sa vie est en plein bouleversement : ses parents traversent une crise au point de ne plus communiquer, sauf lorsqu’il s’agit de se hurler dessus. Pour échapper à l’ambiance pesante qui règne chez elle, Ash traîne avec Cat, sa meilleure amie peu conventionnelle au regard de la société, ou bien Luke, un ami d’enfance pas très futé mais vraiment gentil. Lors de sa fête d’anniversaire, Ash rencontre Dylan et même si ce n’est pas le coup de foudre au premier regard, l’attirance est bien là au point qu’ils finissent par échanger leur numéro. Ash commence à sortir avec Dylan et refuse de voir ce nouveau bonheur lui échapper, si bien qu’elle préfère ignorer que la situation entre ses parents ne s’améliore pas, bien au contraire. A l’école ce n’est guère plus brillant. Les cours ne l’intéressent pas, du moins jusqu’à ce que Mlle Murray, la nouvelle prof de littérature, parvienne à capter son attention et à lui donner envie d’en apprendre plus sur cette matière. Son monde s’écroule mais Ash refuse de l’admettre, s’accrochant presque uniquement à sa relation avec Dylan au point d’en venir à négliger Cat. Se sentant abandonnée, cette dernière finit par lui dire ses quatre vérités en face au point que leur amitié se brise. La vie de Ash part en lambeaux mais elle va trouver conseil et réconfort auprès de cette prof pas comme les autres qui lui apporte l’oreille attentive dont elle a tant besoin. Le problème est que Mlle Murray fait également naître en elle des sensations inconnues jusqu’alors, des émotions qui la troublent et la chamboulent même si elle ne saurait pas mettre un nom dessus.

De nombreux sujets sont abordés dans ce roman et contrairement à ce que laisse supposer le résumé, l’homosexualité est finalement bien loin d’être le thème principal de Comme un livre ouvert. J’aime énormément les livres sur ce sujet et malheureusement ici ça a été traité un peu trop légèrement pour moi. J’attendais plus de profondeur, plus de remise en question, plus de doute, plus de réflexion. Le souci est que la découverte de cette homosexualité est noyée dans un tas d’autres problèmes. Ash ne se pose pas vraiment de grandes questions existentielles. Si elle ne se rend pas compte immédiatement de ce qu’elle ressent en réalité pour Mlle Murray, sa prise de conscience n’est malheureusement pas retranscrite et ça m’a vraiment manqué qu’il n’y ait pas eu de moment précis, d’instant T où elle a réalisé et surtout accepté ses sentiments. Mlle Murray ne sera que le déclencheur, le déclic dont Ash avait besoin pour qu’elle comprenne ce qu’elle est réellement mais il n’y aura pas de véritable histoire entre elles. Mais ça ne m’empêche pas d’avoir passé une très bonne soirée en compagnie de la plume de Liz Kessler ! Dommage que le résumé ne corresponde pas tout à fait au livre, donc que le récit ne soit pas celui que j’attendais.

Comme je vous le disais, de nombreux sujets sont abordés. Il y a tout d’abord le thème du divorce, de ce qu’il advient lorsqu’on n’éprouve plus de sentiments. Sans oublier le ou les enfants qui se retrouvent au milieu. Vaut-il mieux les laisser de côté et leur assurer que tout va bien ou au contraire leur expliquer la situation ? Une fois le verdict tombé, Ash accepte la situation avec courage. Peut-être avec un peu trop de distance mais il faut dire que dans sa famille ils ont de sérieux problèmes de communication. Mais ce divorce est aussi l’occasion pour notre héroïne de renouer avec sa mère, et ça c’est quelque chose qui m’a fait énormément plaisir. Ca me faisait de la peine de pour elles deux de les voir cohabiter sans réellement interagir. Je suis en revanche plus sceptique en ce qui concerne son père. Peut-être parce qu’il est le premier envisagé le divorce. Et peut-être aussi un peu parce qu’il passe très vite à autre chose, au point qu’on en vienne à se demander s’il a vraiment attendu le divorce pour commencer à fréquenter une autre femme (que voulez-vous, mon petit cœur romantique ne supporte pas qu’on soit infidèle !)

Il est aussi énormément question d’amitié dans cette histoire. Délaissé par Cat, Ash se fait une nouvelle amie qui lui offre une autre vision des choses et elle réalise alors qu’elle peut avoir plus d’une amie à la fois et surtout des amitiés variées. Parce que Robyn est tellement mais tellement différente de Cat ! Cat ne se serait jamais intéressée à quelque chose comme le club de débat. Pire encore, elle n’aurait pas compris l’intérêt soudain de Ash pour la littérature. Notre héroïne peut donc compter sur la présence et le soutien de Robyn, et le lecteur ne peut qu’être rassuré à l’idée qu’elle ne se retrouve pas seule. Heureusement pour elle, Cat revient dans sa vie  et si Ash semble respirer à nouveau, il en a été de même pour moi ! Je ne supportais pas de les savoir séparer même si Robyn est aussi quelqu’un de bien. Il est d’ailleurs dommage que son personnage soit cependant moins approfondi, ou disons plus fade comparé à Cat. Cat, merveilleuse Cat qui n’en a rien à faire que sa meilleure amie soit lesbienne et qui va même jusqu’à l’entraîner dans une boîte gay parce qu’elle sait très bien que Ash n’y serait jamais allée d’elle-même. Quel dommage d’ailleurs, sinon il n’y aurait jamais eu Taylor !

Dans Comme un livre ouvert, il est aussi question de première fois. Est-ce qu’on doit attendre la bonne personne ou bien est-ce quelque chose dont on doit se débarrasser au plus vite ? Le fait-on pour soi ou pour faire comme les autres ? Paradoxalement, j’ai été heureuse de voir que l’auteur n’en avait pas fait tout un plat. C’est un thème qui revient souvent dans les romans young adult et même si je conçois que c’est une étape importante, j’ai été heureuse que Ash ne passe pas plus de temps à ressasser sa première expérience, même s’il est évident qu’elle n’était pas aussi prête qu’elle le croyait. En parlant de première fois, j’ai été un peu surprise que Ash n’ai pas plus de doute lorsque le moment fut venu d’être intime avec une autre fille. Encore une fois, cela résulte malheureusement du fait que le thème de l’homosexualité n’est que trop peu approfondi.

Il est aussi question d’acceptation, aussi bien de soi que des autres. Je tiens d’ailleurs à dire que j’ai particulièrement apprécié qu’il y ai au moins un personnage qui n’accepte pas l’homosexualité de Ash avec un grand sourire. L’homosexualité n’est pas rentrée dans les mœurs aussi facilement qu’on veut bien nous le faire croire. Il y a encore des gens pour trouver ça amorale ou tout simplement dégoutant, et même si Liz Kessler n’est pas allée jusque là, j’apprécie que l’un de ses personnages ait un peu plus de mal que les autres à digérer la nouvelle (et non, je ne dirais pas qui ! ^^)

Tout ça pour dire que malgré un résumé légèrement trompeur j’ai passé un très bon moment avec ce roman. Le fait que l’homosexualité soit traitée si légèrement m’empêche de considérer ce livre comme un coup de cœur mais il y a définitivement quelque chose d’addictif dans cette histoire ! Impossible de faire une pause, il fallait absolument que je connaisse la suite !

Note : 8/10

(Encore une fois, je vais pousser un coup de gueule concernant l’orthographe. Faite un effort, bon sang ! Là il y a des coquilles, et pas des petites ! Exemples : « j’ai juste l’impression qua vie part en lambeaux » ou encore « je quitte le magasin d’un pain nonchalant ». Ce sont plus des coquilles mais des carapaces !)

3 комментария к “Comme un livre ouvert”

  1. JE VEUX UNE SUITE, JE VEUX UNE SUITE, JE VEUX UNE SUITE…
    Ok, je me calme.
    J’aimerais bien un autre tome mais avec le point de vue de Mlle.Murray. Et dedans, la suite de son départ. Ça pourrait être marrant. Nan ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.