Archives catégories Steampunk

Le Protectorat de l’Ombrelle – Tome 2

le-protectorat-de-l-ombrelle,-une-aventure-d-alexia-tarabotti,-tome-2---sans-forme-214690 (1)*Avatar blog

*

*

*

Auteur: Gail Carriger
Editeur: Orbit
Date de sortie: Novembre 2011
Nombres de pages: 319
Format: Broché
ISBN: 978-2360510399
Statut: 2/5

« A merveille, mon petit biscuit à thé, à merveille. Un mystère se promène dans Londres et je suis en plein coeur de l’action. Vous savez à quel point j’adore les mystères ».

Synopsis:

Un jour qu’elle se réveille de sa sieste, s’attendant à trouver son époux gentiment endormi à ses côtés comme tout loup-garou qui se respecte, Alexia le découvre hurlant à s’en faire exploser les poumons. Puis il disparaît sans explication… la laissant seule aux prises avec un régiment de soldats non humains, une pléthore de fantômes exorcisés et une reine Victoria qui n’est point amusée du tout.
Mais Alexia est toujours armée de sa fidèle ombrelle et des dernières tendances de la mode, sans oublier un arsenal de civilités cinglantes. Et même quand ses investigations pour retrouver son incontrôlable mari la conduisent en Ecosse, le repaire des gilets les plus laids du monde, elle est prête !

L’Avis de Kero:

Quel plaisir que de retomber dans les aventures d’Alexia ici non plus Tarabotti mais Woolsey. La suite de ses aventures est juste merveilleuse, et on ne s’en lasse pas. L’histoire du Protectorat de l’ombrelle tome 2 : Sans Forme débute quelques temps après la fin du tome 1 Sans Âme, et Lord Maccon, chef de la plus grande meute de loups-garous d’Angleterre, s’est marié avec Alexia Tarabotti, une paranaturelle. L’intrigue est rondement menée et l’action est surtout localisée en Ecosse dans l’ancienne meute de Conall. Dans Sans Forme, tout les êtres surnaturelles subissent une situation fort embarrassante et très inhabituelle, en effet ils redeviennent humain. Grâce à cet état de fait, nous en découvrons également plus sur la nature paranaturelle d’Alexia car comme elle, nous sommes dans le flou total sur sa condition.

Lire la suite… →

Les enquêtes d’Hector Krine – Tome 1

KrineAvatar Tomie (fond violet)
*
*
*
*

Auteur : Stéphane Tamaillon
Editeur : Grund
Date de sortie : septembre 2010
Nombre de pages : 269
Format : Broché
ISBN : 978-2700029697
Statut : Tome 1

 

« Ce siècle avait vu la religion s’étioler et la science la fouler du pied. Mais la croyance en l’au-delà n’avait pas terni pour autant. Seulement les cultes. On étudiait cette hypothétique vie après la mort comme on le faisait pour d’autres phénomènes naturels : en se basant sur le témoignage des faits, recueillis auprès d’observateurs patentés. Il faut dire que la cohabitation avec les grouillants encourageait à prendre la chose au sérieux. La frontière entre le monde tangible et intangible n’avait jamais été aussi mince. »

Synopsis :

Londres, 1889. Le détective privé Hector Krine est chargé d’élucider une mystérieuse histoire de vols de cadavres. Son enquête le mène jusqu’au cœur des quartiers populaires de la capitale anglaise, où s’entassent mes miséreux et les Grouillants, des créatures surnaturelles débarquée des quatre coins de l’Euripe, fuyant les persécutions.
Quand la nécromancienne Hécate, son amour de jeunesse, est assassinée, l’affaire prend pour Krine une tournure très personnelle. Qui est vraiment Matthew ? Que lui veulent cette meute de loups-garous et cet étrange colosse coiffé d’un chapeau melon ? Quels liens les unissent aux pilleurs de cercueils ? Pour le découvrir, Krine va devoir se confronter à son passé et accepter ses origines …

L’avis de Tomie :

Dans la ville de Londres, à l’époque victorienne, le détective Hector Krine est demandé pour enquêter sur une étrange affaire de profanation de sépultures. Étrange parce que ce ne sont pas les bijoux et les objets qui sont dérobés mais les cadavres. Son enquête le mène dans les bas quartiers de la capitale anglaise, là où s’entassent la misère humaine et les Grouillants, ces créatures surnaturelles dotées de capacités spéciales ou de particularités physiques qui ont fui les quatre coins de l’Europe et ont vu dans l’Angleterre une nouvelle terre d’accueil. Leur intégration est pourtant loin d’être réussie, souvent tenus en marge de la société.

Parallèlement, Krine reçoit une missive de la part de la nécromancienne Hécate, une femme qu’il a longtemps aimé et qui se sent en danger. A la fois intrigué et inquiet, il se rend sur place et découvre qu’elle a été tuée. Pour lui il n’y a aucun doute, la scène a été maquillée pour faire croire à un vol et désigne sans conteste un loup-garou pour coupable. S’il lui faut retrouver l’assassin, il lui faut également mettre la main sur Matthew, le fils de Hécate, que personne n’a vu depuis des heures et qui semble lui aussi posséder certains dons particuliers.

Lire la suite… →

Le Pensionnat de Mlle Géraldine : Etiquette et Espionnage

le-pensionnat-de-mlle-geraldine,-tome-1----tiquette---espionnage-410965*Avatar blog

*

*

Auteur : Gail Carriger
Editeur : Orbit
Date de sortie : 12/03/2014
Nombres de pages : 368
Format : Broché
ISBN : 978-2360510764
Statut : Tome 1/4 (en cours)

« Rappelez-vous bien cela, Mademoiselle Temminnick : une dame ne tire jamais la première. Elle pose des questions, puis elle tire. »

Synopsis:

C’est une chose que d’apprendre à faire une révérence comme il faut. C’en est une autre que d’apprendre à faire une révérence en lançant un couteau. Bienvenue au Pensionnat de Melle Géraldine. Angleterre, début du XIXe siècle. Sophronia, 14 ans, est un défi permanent pour sa pauvre môman : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres qu’apprendre les bonnes manières ! Mrs Temminnick désespère que sa fille devienne jamais une parfaite lady, aussi inscrit-elle Sophronia au Pensionnat de Melle Géraldine pour le Perfectionnement des Jeunes Dames de Qualité. Mais Sophronia comprend très vite que cette école n’est peut-être pas exactement ce que sa mère avait en tête. Certes, les jeunes filles y apprennent l’art de la danse, celui de se vêtir et l’étiquette ; mais elles apprennent aussi à donner la mort, l’art de la diversion, et l’espionnage, le tout de la manière la plus civilisée possible, bien sûr. Cette première année au pensionnat s’annonce tout simplement passionnante. Situé dans le même univers que la série du Protectorat de l’ombrelle mais 25 ans plus tôt, on retrouve dans Étiquette et Espionnage le sens de l’aventure et l’humour décapant de Gail Carriger.

L’Avis de Kero :

Après avoir lu les deux premiers tomes du Protectorat de l’Ombrelle de Gail Carriger, j’avais envie de découvrir aussi son autre série et c’est comme cela que je tombais sur ce petit bijou qu’est Le Pensionnat de Mlle Géraldine, tome 1: Etiquette et Espionnage. C’est une histoire très plaisante qui se situe 25 ans avant les aventures d’Alexia Tarabotti.

Gail Carriger a un don merveilleux pour nous transporter dans un univers steampunk riche et fantastique peuplé d’automates, de créatures surnaturelles, de mécanimaux etc. Elle a une plume très fluide et dans ce 1er tome, elle pose les jalons pour la suite. Elle reprend des personnages de son autre série mais là on les croise durant leur jeunesse. Ce qui fait son succès, c’est les touches d’humour disséminées un peu partout et une intrigue bien menée tout du long. Cependant, comparé au Protectorat de l’Ombrelle je le trouve bien moins complexe et les personnages secondaires sont un peu trop en retrait et manquent un peu de profondeur. Toutefois, Gail Carriger reprend tous les éléments qui ont fait le charme du Protectorat de l’Ombrelle soit l’époque victorienne, les êtres surnaturels, le style vestimentaire de l’époque et surtout les exigences bien particulières de l’étiquette anglaise du XIXé siècle. Cependant, une chose que je reproche et que je ne comprends pas c’est l’abandon de son style d’écriture bien particulier avec son langage assez soutenu et les petites remarques malicieuses. Je trouve que le livre perd en élégance et on s’égare par moment. Je sais que c’est un livre jeunesse et qu’il doit être accessible à tous, mais je trouve cela vraiment dommage qu’elle ait abandonné ce style qui faisait la richesse du Protectorat de l’Ombrelle. Après Etiquette et Espionnage reste un très bon livre plaisant à lire, et c’est quand même une petite réussite car on est entraîné dans un univers très bien décrit avec une intrigue très prenante.

Lire la suite… →

Le Protectorat de l’Ombrelle – Tome 1

 Avatar blogle-protectorat-de-l-ombrelle,-une-aventure-d-alexia-tarabotti,-tome-1---sans--me-1963342

*

*

Auteur : Gail Carriger
Editeur : Orbit:
Date de Sortie : 12/01/2011
Nombres de Pages : 313
Format : Broché
ISBN : 978-2360510269
Statut : 1/5 tomes

« Je ne veux pas mourir, se dit Alexia. Je n’ai pas encore enguirlandé lord Maccon à cause de la dernière fois où il s’est montré grossier ! »

Synopsis:

Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales.

Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, ne lui avait pas été présenté !
Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire.
Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame -t-il réellement dans la bonne société londonienne ?

L’Avis de Kero:

En lisant le résumé du Protectorat de l’Ombrelle, Une Aevnture d’Alexia Tarabotti: Sans Âme, j’étais très mitigée car je ne savais pas trop à quoi m’attendre, surtout que j’ai un très gros problème avec les histoires de vampires et de loups-garous. Donc je partais un peu méfiante et au bout de quelques pages je me mettais à rire et à apprécier l’histoire. Ce fut une vraie découverte pour moi et surtout un très bon moment de lecture. Mais bon, Sans Âme comporte de nombreux éléments qui ne pouvaient que me plaire: une histoire se déroulant à l’époque victorienne (j’adore cette période, j’aurais tellement voulu y vivre), une héroïne hors-norme et surtout cet univers steampunk qui me plait tant. Et tout cela mit bout à bout donne une histoire explosive et tellement drôle.

L’auteur Gail Carriger nous plonge dans une époque victorienne où les mortels côtoient les loups-garous, les vampires et même des fantômes. Elle crée un univers mêlant époque victorienne classique avec ère industrielle et toutes les avancées qui vont de paires. Modernité et tradition se mêlent avec brio, c’est un monde qui se met parfaitement en place. Ses personnages sont hauts en couleurs mais tellement attachants. Elle fait de son héroïne une personne qui peut se défendre seule et qui n’attend pas qu’un beau jeune homme bien musclé vienne la sauver. C’est une femme forte et irrésistible et dans les bons comme dans les pires moments elle fait toujours preuve d’une politesse « So British ». De même, le style d’écriture de Gail Carriger est fluide et agréable à lire même si elle utilise un style désuet typique du XIXé siècle mais cela donne tellement de caractère à l’ensemble de son oeuvre que c’est juste magistrale. Petite mention spéciale dans les bonnes manières des loups-garous et vampires que ce soit à l’heure du thé ou dans une réception. Gail Carriger crée une oeuvre originale, les passages et les décors son décrits avec une telle précision qu’on a l’impression d’y être.

Lire la suite… →