Baby bad trip

*Avatar Tomie (fond violet)
*
*
*

Auteur : Lisa Drakeford
Editeur : Milan
Date de sortie : 26 Octobre 2016
Nombre de pages : 219
Format : Broché
ISBN : 978-2745977830
Statut : Tome unique

*

« Il se souvient de ce que lui a dit sa grand-mère : voir quelqu’un sourire et savoir qu’on en est la cause. »

Synopsis :

Pour ses dix-sept ans, Olivia avait organisé la teuf du siècle. Ca aurait pu être cool si Nicola, sa meilleure amie, n’avait pas eu l’idée … d’accoucher dans la salle de bain. Le choc ! Et durs lendemains de fête ! Pour Nicola, d’abord, dont le quotidien est bouleversé et qui aurait bien besoin de son ami. Mais Olivia a ses propres problèmes, tout comme Jonty, son mec écorché vif, Alice, sa jeune sœur un peu space, et Ben, le confident de Nicola. La vie n’est plus une teuf, quand un bébé débarque sans prévenir …

L’avis de Tomie :

Olivia, dix-sept ans, est parvenue à convaincre ses parents de la laisser organiser une fête pour son anniversaire. La soirée se passe à merveille, l’adolescente est persuadée d’avoir donné la fête du siècle. Dommage que sa meilleure amie Nicola ait disparu peu après le début de la soirée. Dommage que Jonty, son petit ami, lui gâche son bonheur en exprimant sa jalousie et sa possessivité par la violence alors qu’elle ne faisait que s’amuser avec Ben, son meilleur ami gay. La fête bascule véritablement lorqu’Olivia découvre Nicola cachée dans la salle de bain depuis des heures, sur le point d’accoucher alors qu’elle ignorait être enceinte. Tout se complique encore plus lorsqu’elle surprend un étrange regard entre Jonty et Nicola. Que lui cachent-ils ?

Tout d’abord, merci à Babelio et aux éditions Milan pour ce partenariat. Sans lui je ne pense pas que j’aurais osé tenter l’aventure Baby bad trip.

Moi qui adore les romans sur la parentalité à l’adolescence, j’ai presque été déçue. Presque parce que même si au final ce thème n’est pas (à mes yeux) central, l’histoire en elle-même reste intéressante. Le livre est divisé en cinq chapitres, chacun dédié à l’un des personnages principaux : Olivia, Nicola, Alice, Jonty et Ben. Heureusement pour nous il ne s’agit pas du point de vue successif de chacun sur un même instant, tous s’insinuant plutôt dans la continuité de l’histoire. Au final c’est peut-être ça qui me pose problème. J’aimais être du point d’Olivia, voir ses doutes et ses soupçons concernant une possible liaison entre Jonty et Nicola, son désarroi face au fait que sa meilleure amie ne lui ait pas avoué ne plus être vierge, ses problèmes de compréhension avec sa petite sœur, sa merveilleuse amitié avec Ben, cette violence qui commence à s’installer entre Jonty et elle, … Bref, j’aimais suivre cette histoire à travers les yeux d’Olivia. Le fait de basculer un mois plus tard du point de vue de Nicola est d’autant plus frustrant qu’on ne sait rien de son quotidien avec ce bébé qu’elle n’attendait pas. J’aurais aimé la voir se débattre avec ses nouvelles responsabilités, la voir affirmer vouloir garder son bébé malgré tout ce que pouvait lui dire les adultes, voir en situation cette solitude qui lui pèse face à tous ces amis qui n’en sont plus, … Il m’a manqué une transition, en fait. En ce qui concerne Nicola on passe d’un déni de grossesse à un quotidien plus ou moins rodé, même si épuisant et avec peu de soutien. Et lorsqu’on rentre finalement dans le quotidien de Nicola, on passe ensuite à Alice. J’ai adoré suivre les aventures de cette enfant un peu en marge de la société et à l’imagination débordante mais j’ai été une fois de plus perturbée par le fait de passer d’un quotidien à un autre. J’ai ressenti cet effet à chaque changement de personnage, ce qui au final fait beaucoup de frustration.

Changer aussi souvent de point de vue permet à l’auteur d’aborder différent sujets puisque chaque personnage a sa propre histoire, ses propres problèmes. Pour Olivia il est question de violence conjugale, de trahison, de pardon, d’acceptation. Nicola permet de parler de problème de confiance en soi, du regard des autres et de déni de grossesse. Avec Alice on aborde le thème de la différence, de la difficulté à s’intégrer lorsqu’on ne voit pas le monde de la même façon que les autres. Jonty permet d’exploiter la thématique des enfants illégitimes, des parents absents ou qui n’assument pas leurs responsabilités. Et enfin avec Ben il est question de s’assumer, de refuser de se cacher à cause de son homosexualité. Tous ces thèmes sont extrêmement intéressants mais malheureusement pas assez exploités. Baby bad trip est un roman très court au final, trop court pour vraiment parler de tout ça. Il aurait fallu choisir quelques unes de ses thématiques et les travailler réellement plutôt que de se contenter de les survoler. Sans oublier que certaines sont franchement clichées. Je ne sais pas vous mais personnellement l’histoire de Jonty ne m’a absolument pas touché. J’ai eu l’impression d’avoir lu ça mille fois auparavant. Et surtout je ne cautionne pas que l’auteur explique la violence de Jonty par le fait que sa mère était parfois violente avec lui. C’est trop facile.

Le personnage qui m’a le plus marqué est sans conteste Ben. Olivia et Nicola ne s’en rendent pas compte mais il est un véritable pilier pour chacune d’entre elles. On ne peut pas nier qu’il les aime et qu’il se soucie d’elles. Il est une véritable bouffé d’air frais au milieu de tout ce chaos qu’a provoqué l’arrivé de ce bébé imprévu. Et que dire de ces sentiments qu’il se découvre pour Josh, l’un des joueurs de foot de son lycée ? Leur histoire se fait tout en douceur et en tendresse, un véritable contraste par rapport à tous les bouleversements que connait ce récit. J’aurais tellement aimé en lire plus sur eux !

Par contre je dois admettre avoir eu énormément de mal avec le style de l’auteur. Le présent me pose souvent problème dans mes lectures mais le fait que les phrases soient extrêmement courtes devient vite lassant. Cela alourdit le récit, donne une impression de saccade, de lenteur. Je ne comprends pas ce choix. Pourquoi utiliser autant de points quand une virgule ferait parfaitement l’affaire ?

Au final Baby bad trip n’est pas un mauvais roman, loin de là. Mais j’aurais aimé que l’auteur s’éparpille moins ou qu’elle prenne le temps de réellement traiter en profondeur les nombreux sujets qu’elle aborde. Sans parler de ce dernier retournement de situation que je ne cautionne vraiment pas. Il n’était absolument pas nécessaire. Pire encore, il met en branle ce fragile équilibre que Olivia, Jonty et Nicola ont finalement trouvé, menaçant de tout faire basculer encore une fois. Comment annoncer la vérité après toutes ces péripéties ? Comment vont réagir les autres ? Jonty va-t-il accepter les faits ou cela le fera-t-il retomber dans ses excès de violence ? Bref, une fin ouverte, bien trop ouverte à mon goût. J’aurais définitivement gardé un meilleur souvenir de ce roman sans ce dernier retournement de situation.

Note : 5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.