Amère victoire

Amère victoireAvatar Tomie (fond violet)

*
*
*
*
*
Scénario : Jeph Loeb
Dessinateur : Tim Sale
Editeur : Urban Comics
Date de sortie : 04/04/2012
Nombre de pages : 392
Format : Intégral
ISBN : 978-2365770156
Statut : Tome 2

« J’ai fait à mes parents la promesses de purger la ville du mal qui leur a ôté la vie. Cette promesse tient toujours mais maintenant … je ne suis plus seul. »

Synopsis :

Un an après « l’affaire Holiday », Gotham City est toujours le théâtre de règlements de comptes entre les familles mafieuses et les « patients » de l’asile d’Arkham. Si Alberto Falcone était considéré jusqu’alors comme le véritable tueur Holiday, une nouvelle vague de meurtres jette le trouble sur son arrestation. Pour restaurer l’ordre à Gotham, Batman aura besoin de toute l’aide possible, voire de prendre sous son aile un nouveau partenaire, Robin !

L’avis de Tomie :

Attention il s’agit du tome 2, le contenu du tome 1 sera donc forcément spoilé !

Cette histoire fait directement suite à Un long Halloween. Vous trouverez un bref résumé du tome précédent en début de livre mais si vous avez la possibilité de lire Un long Halloween, surtout ne passez pas à côté !

Bien que sceptique au début (je trouvais dangereux, voire prétentieux, de vouloir reproduire une histoire aussi bien menée que le tome précédent) les premières pages ont suffi à me séduire et à m’embarquer dans ce nouveau scénario bien que le schéma soit le même que pour Un long Halloween. Tout ce qui m’avait plu dans le premier opus se retrouve dans le second. Un meurtre est commis chaque mois, lors d’un jour de fête, signé uniquement par une énigme rédigée sous la forme du jeu du pendu. Si dans le premier tome les victimes étaient des mafieux, ici elles sont toutes ou ont tous été membre de la police. Harvey Dent ne faisant plus partie des « gentils » Gordon et Batman (dont la relation est plus tendue que jamais) se voient contraint de faire équipe avec un nouveau procureur, Janice Porter. D’entrée de jeu le lecteur se méfiera d’elle puisque sa première action sera de faire libérer Alberto Falcone, reconnu coupable des meurtres perpétrés par Holiday dans le premier opus.

Parallèlement Sofia Falcone tente de reprendre le contrôle de la ville suite à l’assassinat de son père, et ce malgré son infirmité. Son premier frère, Alberto, semble sombrer dans la folie malgré sa libération tandis que le second, Mario, jure de laver la réputation de leur famille et de rester du bon côté de la loi. Harvey cède définitivement la place à Double-Face et s’évade d’Arkham, déterminé à se faire un nom parmi les plus grands criminels de Gotham, n’hésitant pas à jouer double jeu pour y parvenir. Si la famille était au centre du premier volume, ici il est surtout question de vengeance. C’est ce qui lie tous les personnages principaux, même si leurs raisons et leurs objectifs sont différents.

Batman, toujours affecté par ce qui est arrivé à Harvey, ne fait plus confiance à personne et s’isole de plus en plus, ce qui l’amène à douter de tout et à perdre ses repères. De ce fait l’apparition de Robin fait sens et devient logique puisque sa présence apporte un second souffle à l’histoire et un regain d’énergie à notre chauve-souris préférée. Dommage cependant qu’il arrive aussi tard dans le récit et que leur relation ne soit pas mieux travaillée. Etant une grande fan du personnage de Dick Grayson j’ai véritablement été déçue par la manière dont Loeb et Sale ont traité sa rencontre (et son emménagement) avec Bruce Wayne. Deux doubles pages seulement, certes magnifiques, pour raconter un élément aussi capital dans la vie de Batman. Dick représente tout de même un grand changement pour notre héros jusque là si solitaire. Mais je me dois de rendre justice à Loed et Sale sur un point : ils ont magnifiquement réussi le parallèle entre Bruce et Dick, démontrant à quel point ils sont semblables même s’ils n’y avait pas eu la perte de leurs parents respectifs pour les rapprocher.

Amère victoire (2)

Côté graphismes on retrouve dans Amère victoire ces grands aplats noirs, ces scènes sombres, ces décors plantés avec peu d’éléments au final et qui pourtant sont complets. On apprécie de nouveau ces doubles pages soigneusement travaillées et qui fourmillent de détails.

Loeb et Sale vont encore plus loin dans la noirceur, dans la folie, et c’est sans le moindre doute une très, très bonne chose. Un point de moins dans la notation simplement parce que le schéma est un peu trop basé sur le premier tome, pas d’originalité de ce côté là même si l’ensemble reste très bien ficelé et surtout prenant !

Note : 8/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.